la révélation du magicien

Cet article traite de l’incendie dramatique qui s’est produit à Notre Dame de Paris le 15 avril 2019. En écoutant bien attentivement les trois principales chaines d’informations formatées nouvel ordre mondial, il en ressort que ce drame est un accident non volontaire (sans conclusion d’enquête). Il existe alors 3 catégories de personnes dissidentes et dangereuses :

  • les islamistes et radicaux (gilets jaunes),
  • les hommes politiques avides de voix (comme Dupont Aignan qui a appelé à une enquête établissant la vérité),
  • les complotistes (sans doute des bonhommes comme moi).

C-News a même parlé d’une espèce d’union sacrée de ces 3 catégories pour commenter cet événement.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il me semble essentiel de répondre à ces affirmations journalistiques unidirectionnelles car il est toujours impossible sauf pour les personnes prises de folie, de répliquer à son téléviseur.

Voici la définition du mot complot (recherche google) :

Ce terme « complotiste » est apparu pour discréditer les personnes contre la thèse officiel de l’effondrement des tours du  11 septembre 2001. Or, il s’agit bien d’un complot, ceux qui ont détruit (quels qu’ils soient) les tours (WTC + tour 7) ont bien agi dans le secret. Une organisation secréte a au moins nui à ceux qui sont décédés dans les bâtiments. Ce terme est bien utile. Prononcer le mot « magique » et vous balayerez d’un revers de main tout argument contradictoire en ridiculisant son auteur. La tactique fonctionne d’autant mieux en apportant un témoignage ridicule de thèse farfelue juste avant de lancer un débat plus sérieux.

Ainsi, celui qui pense devient complotiste. Robert Brasillach écrivait « L’Histoire est écrite par les vainqueurs ». Et même si cette citation, pourtant forte et vraie, est peu conventionnelle car provenant d’un jeune journaliste fusillé après la guerre, on peut aussi citer dana la même veine, la citation d’Honoré de Balzac (Les illusions perdues) : Il y a deux Histoires : « l’Histoire officielle, menteuse, qu’on enseigne, l’Histoire ad usum delphini ; puis l’Histoire secrète, où sont les véritables causes des événements, une histoire honteuse ». Honoré de Balzac, nait post-révolution d’une famille « républicaine » est devenu un Catholique de conviction par son travail et ses expériences.

A ceux qui me reprocheront de citer Brasillach, je réponds « quid de Pierre-Antoine Cousteau », journaliste au même journal, condamné à mort puis gracié après l’intervention de Jean-Yves, son frére (plus connu et aimé sous le surnom de « Commandant Cousteau ») auprès du « Général » de Gaulle.

Enfin L’attaque de C-NEWS sur cette union des catégories est aussi infondée et ridicule. Il est impossible pour un catholique sincère de s’attacher à quelconque homme politique actuel. Ils s’appuyent tous sur les valeurs républicaines, c’est-à-dire post-révolution. On ne peut pas cautionner une personne en accord avec ceux qui ont tué le vicaire du Christ. Il est aussi impossible de s’attacher aux islamistes (était-il d’ailleurs utile de le formuler ?) ou aux groupes aux relents communistes (Les gilets jaunes même s’ils sont fort justement contre Macron formulent des demandes puremenent républicaines – plus d’argent, plus de sécurité, plus de loisirs ; un état providence – du pain et des jeux).

 

L’homme dieu

a) Petit rappel : qui est le magicien (le secret de la licorne).

Dans les différents articles, j’ai montré que les couvertures « The economist, the world in XXXX » étaient liées les unes aux autres. Leurs « prédictions préparées » ne s’arrêtaient pas le lendemain du 31 décembre. Elles sont plutôt à comparer à une succession d’innombrable dominos dont le premier à se coucher, le point de départ, l’année en court, le premier événement, enclechera la chute du dernier dont le temps n’est pas forcément précisé. Ainsi, il est intéressant de toujours scruter non pas uniquement la couverture en cours mais celles des années passées.

Voici succintement l’évolution du magicien :

b) L’homme de Vitruve

Sur la couverture 2019, on voit une reprise de l’homme de Vitruve avec des lunettes. Comme montré sur l’image précédente, cet homme est le magicien de la couverture 2017. Il prend désormais une dimension supérieure. En effet, l’oeuvre de De Vinci offre une symbolique (surtout chez l’ennemi). Il présente un homme aux dimensions corporelles parfaites inscrit en leurs centres dans un cercle et un carré d’aires quasi égales. Il s’agit de la présentation du problème mathématiques INSOLUBLE par l’homme de la quadature du cercle. La résolution consisterait à créér un carré et un cerlce à l’aide d’un compas et d’une règle (voire d’une équerre) d’aires identiques. Ceci est totalement IRREALISABLE. Cette oeuvre serait ainsi une allégorie de prouver l’existence de Dieu (car aussi complexe que la résolution de l’énigme proposée ici).

Ainsi, notre personnage au centre de cette énigme prend une part divine. Il est donc pour l’ennemi, une sorte de messie, d’homme dieu. De plus, le temps de la « révélation » est tout proche car le cercle est en fait le contour du globe terrestre. Ainsi, sa posture sera révélée cette année.

Plus symboliquement, l’homme de Vitruve prend la posture de notre Seigneur Jésus Christ lors de la crucifixion. Il s’agit ici d’une singerie et d’une moquerie du démon.

Sur la poitrine au niveau du coeur, on peut voir le mot dièse : #MeToo signifiant Moi Aussi.

Dieu a déclaré à Moïse lors de l’épisode du buisson ardent (Exode 3,14), « Je suis celui qui suis ». Ainsi, voici comment Moïse devait identifier devant le peuple juif celui qui l’avait envoyé (plus simplement, Je suis celui qui suis = Dieu). Le Christ a repris cette déclaration devant les pharisiens afin de révéler qu’il est le fils de Dieu (Jean 8,58).

8.57 Les Juifs lui dirent: « Vous n’avez pas encore cinquante ans, et vous avez vu Abraham! »
8.58 Jésus leur répondit: « En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis. »
8.59 Alors ils prirent des pierres pour les lui jeter; mais Jésus se cacha, et sortit du temple.
Le « Me » représente le « Je suis ». Ainsi, cet homme se décrit lui aussi comme étant « celui qui suis ».

 c) Le drame de Notre Dame de Paris et la posture de Macron

Après le drame de Notre Dame, Macron a déclaré : « Nous rebâtirons tous ensemble la cathédrale ». Le lendemain il annonce un délai ahurissant de 5 ans. Ces propos ont été tenu le 15 et le 16 avril, c’est-à-dire à l’ouverture de la semaine Sainte. Le Christ avait dit aux pharisiens (Jean 2) :

18 Les Juifs prenant la parole lui dirent: « Quel signe nous montrez-vous, pour agir de la sorte? »
19 Jésus leur répondit: « Détruisez ce temple et je le relèverai en trois jours. »
20 Les Juifs repartirent: « C’est en quarante-six ans que ce temple a été bâti, et vous, en trois jours vous le relèverez! »
21 Mais lui, il parlait du temple de son corps.

Le Christ parlait du temple de son corps, c’est-à-dire la résurrection de notre Seigneur que nous fêtons justement à la fin de la semaine Sainte. Ainsi, Macron, à l’entâme de la semaine Sainte, a créé un parallèle en plagiant les paroles de Jésus Christ. Sa stature devient même presque surnaturel car il laisse toutes les affaires courantes de côté. En effet, ce soir-là était prévue la grande  soirée mettant un terme aux grands débats suite aux manifestations des gilets jaunes.

Ce drame a été diffusé via la télévision dans le monde entier. Symboliquement, Macron a paraphrasé le Christ devant les caméras du monde. Il a annoncé « qu’il est celui qui suis »

Notre Dame de Paris est un monument historique classé au patrimoine mondiale de l’humanité. Les travaux sont très surveillés. De plus, un système anti-incendie avait été mis en place pour éviter tout problème. Des témoignages d’élèves des beaux arts de Paris et de professionnels du bâtiment suscitent des interrogations. Sans entrer plus dans la polémique, je partage ce genre d’étonnement et je pense qu’on va s’acheminer vers un mensonge d’état de même ampleur que celui du 11 septembre.

En première conclusion, cet événement est tombé en début de la semaine Sainte, aubaine pour présenter au monde celui qui viendra singer notre Seigneur Jésus Christ. Il faut se rappeler aussi que Macron se présentait comme le président Jupiter, s’autoproclamant ainsi de nature divine (même s’il s’agit d’une fausse divinité romaine). Le fait d’avoir usé de la mythologie romaine est bien entendu lié au fait que l’Eglise du Christ est née à Rome.

Depuis, son appel à la reconstruction, des offrandes proviennent de la mode et des vendeurs d’alcools. Notre Eglise, Notre Dame, point névralgique de la Foi Catholique va être rebâtie par des adorateurs des biens de ce monde (Il sera plus facile pour un chameau de passer à travers le trou d’une aiguille qu’à un riche d’accéder au royaume de Dieu). Je ne crie pas au scandale en adhérant aux faux discours populistes des communistes, hontes à eux d’ailleurs, mais je me demande quelle Eglise va être rescontruite avec cette masse d’argent issue des vices de la terre. Finalement, on est en droit de penser qu’un temple de la république remplacera la grande Cathédrale. Il a été répété sans cesse que Notre Dame appartient à tous les français. On renverse l’autel pour y mettre le trône de l’ennemi.

Les liens entre les couvertures de 2017 et de 2019

La couverture de 2017 et l’événement survenu à Notre Dame de Paris nous donne un éclairage supplémentaire sur la compréhension de la dernière couverture.

Nous allons nous intéresser aux 3 cartes suivantes :

a) La tour

Comme indiqué dans le point précédent, un événement indiqué sur une couverture ne se produira pas obligoiterement dans l’année indiquée, mais il sera engendrée par un événement de la période en cours. Il est alors évident que des liens s’établissent entre les éditions suivantes.

Tout d’abord, intéressons nous à la première carte The Tower. Cette carte porte dans le vrai jeu « La Maison de Dieu » :

Or, Notre Dame de Paris pourrait représenter la maison de Dieu. Sur la carte du magasine on peut se rendre de la présence de la croix juste Chrétienne au dessus de la porte. Deux peuples en arrière plan s’opposent, l’un à gauche, les communistes, ceux qui désirent l’aide de l’état providence, des jeux, de la sécurité et du pain et l’autre à droite, le peuple du Christ, celui attristé réellement par la catastrophe de Notre Dame, ceux-la même qui ont veillé, prié et rendu hommage à Notre Seigneur Jésus pendant la Pâque Catholique. Cette photo n’est-elle pas d’actualité ? Sur la carte, on se rend compte également que la maison de Dieu a le toît en feu.

b) Le magicien

Et pourquoi la maison de Dieu a-t’elle pris feu ? Tout simplement car le magicien (l’antichrist) est apparu. Poursuivons donc avec la seconde carte.  Elle nous montre le magicien avec un halo de lumière autour de la tête (« sanctification du personnage »). En opposition avec la supposée sainteté du sujet, il dispose les bras comme un grotesque « Baphomet ». Il a annoncé une restauration très rapide de la Cathédrale. Il n’est donc plus étonnant de le voir appuyer sur une machine construisant des édifices (maison ou église) en tout semblable.

Ainsi, l’avenir était annoncé depuis 2017. La couverture de 2019, nous montre désormais la déification de ce personnage (point expliqué précédemment).

c) La mort

Cette carte se rapporte également à la couverture 2019 :

Pour rappel, j’avais expliqué dans l’article « Le mystère de la Licorne » (plus de détails sur la carte aussi) que le cavalier sur la carte DEATH représentait les 4 cavaliers de l’Apocalypse de Saint Jean.

  • le blanc couleur du cheval
  • le rouge, couleur du harnais
  • le noir, couleur de l’habit
  • le verdâtre, le squelette et la faucile.

Sur la couverture de 2019, on retrouve bien distinctement cette fois les 4 cavaliers partant de … Paris !!!

Les 3 premiers cavaliers ont été libérés les uns après les autres depuis la révolution française. Par contre, le 4ème n’était pas encore délié. Il est fort à parier que l’événement de Paris a brulé le lien qui le retenait encore attaché.

 Ce laché d’équidés était devenu possible avec l’établissement du magicien à la tête du pays ex-fille aîne de l’Eglise de Dieu. Le « Pari » était gagné.

On peut remarquer aussi que depuis 2015 et l’apparation de l’homme mystère sur les différentes couvertures, nous avons aussi une explosion nucléaire.

Conclusion

La conclusion est simple. La bible l’annonce, le plan de satan doit s’accomplir jusqu’à un certain niveau. Il se proclamera même vainqueur. Tout se met en place. Notre Dieu reprendra ensuite la main. La couronne d’épine du Christ, l’autel ainsi que le coq de l’aiguille contenant de saintes reliques sont restés intacts. Autant de signes qui montrent que le Démon tombera.

 

Publicités

2019 – ACTE I : Le miroir

— EN COURS DE REDACTION —

La couverture du magasine 2019 est parue et l’ennemi insiste sur les signes passées. Une fois encore, il opère a un retour sur le passé. Par contre, la bête va désormais plus loin, elle annonce clairement l’aboutissement de son plan tri-séculaire. La couverture de 2017 était de la même trempe, elle avait un caractère biblique fort. 2019 annonce en quelque sorte la suite du récit de l’Apocalypse 12, la suite du combat dans le ciel qui se solde par la domination de la bête sur la terre. Le choix est donné mais les conséquences peuvent être humainement terrible … Sarkozy nous avait ainsi prévenu en janvier 2009 lorsqu’il annonçait qu’ «on ira[it] ensemble dans ce nouvel ordre mondiale et que personne ne pourra[it] s’y opposer». Il avait même indiquait que les forces utilisées seraient plus fortes que les immobilismes et les conservatismes. Cette force déployée dans le monde est celle de la bête. Tout cela se passe sous nos yeux de manière de plus en plus évidente. Ces annonces paraissent terrible mais la Foi en notre Seigneur Jésus Christ et la connaissance de sa parole nous indique qu’il faut subir ces événements. Il ne reste désormais que peu de temps à Satan, la Parousie est proche.

La couverture est très riche et tout pourrait n’être que fouillis. Afin d’éviter un capharnaüm, plusieurs articles, mêmes courts paraîtront afin d’extraire de mon extrémité supérieure les idées qu’évoquent cette carte qui voudrait nous conduire dans le monde déchu.

Ce premier article, comme l’annonce plus haut le titre va donc porter sur le « miroir ».

Le 12 décembre 1972

La première visualisation de la page m’a rappelé les cartons d’invitation des Rothschild pour la soirée des plus sordides, macabres et inquiétantes du 12 décembre 1972 (Ce sujet est déjà abordé sur Internet). Lors de cet événement, le carton d’invitation était le suivant :

Carton d’invitation à la soirée Rothschild du 12 décembre 1972

Deux détails sont intéressants, l’écriture inversée et la présence du ciel présent sur les couvertures 2015, 2016, 2017 et aussi 2018 (premier icone).

L’écriture inversée

L’écriture inversée apparaît sur la page du magasine (The World in XXXX) pour la première fois cette année. L’écriture inversée est satanique, ce pourfendeur du droit divin copie et inverse, il transforme à la mesure près, juste ce qu’il faut, pour envoyer au fourneau sa part d’âme, l’encre ainsi tournée n’est plus un avertissement, la bête écrit sa loi.

Cette couverture renvoie directement au thème de la nuit du 12 décembre 1972, la programmation MK-Ultra et toute l’atmosphère satanique qu’elle dégage, cet environnement de l’ordre nouveau qui s’établie tout brusquement mais annoncé depuis la révolution sanguinaire de 1789. Les macronistes portant l’étendard de la révolte nouvelle, peuvent malgré la vague jaune, couleur de la traîtrise maîtrisée par le système, (rappelant les bonnets rouges bretons apparat de la déesse phrygienne amenant mon regretté Roi à la guillotine), amène le règne de la bête. Et bien oui, la tour de Babelle s’est écroulée horizontalement, et bien l’autre cornue va l’établir horizontalement, de manière planisphérique, toutes nations mises bout à bout dans un bouillon de culture qui donnera l’homme préconisée par Macron, Sarkozy, Hollande et tout récemment Merkel par son porte-parole Jens Spahn.

Je cite le nauséabond Huffingtonpost dont la branche française est à attribuer à Anne Sinclair :

Comme le président français, Jens Spahn souhaite lui aussi renforcer le rôle des institutions européennes, quitte à renoncer à la souveraineté nationale dans certains domaines. « Je veux une Union européenne avec des institutions fortes, avec des règles contraignantes et aussi l’abandon de la souveraineté nationale dans les domaines où nous sommes plus forts ensemble -mais comme un réseau d’États-nations souverains »

La France doit abandonner sa souveraineté nationale dans certainS domaineS. On y arrive.

 

 

Entre terre et mer

Dans l’Apocalypse de Saint Jean, au chapitre 13, il est cité 2 bêtes : celle de la terre et celle de la mer. La réception par Macron, ce mercredi 26 septembre du titre de « champion de la terre » m’a fait me replonger dans le chapitre 13 de l’apôtre préférait du Christ. L’article ne sera pas très long et il relèvera quelques coïncidences « curieuses ».

I) La bête de la Mer

La bête de la mer est réellement impressionnante. Elle est composée de pattes d’Ours, d’une gueule de Lion et elle ressemble à un Léopard. Laissons à ceux qui donnent des noms d’animaux aux pays du monde de nous constituer une grosse bébête planisphérique terrifiante et adoptons plutôt une attitude humble en étudiant tout simplement les 3 animaux.

Commençons par regarder l’assise de la bête de la mer. Elle a des pattes d’Ours. Cet animal extrêmement puissant, peut-être même le plus puissant du globe, marche à 4 pattes et sa force y réside. Ses griffes sont des armes tranchantes redoutables. Ainsi, cette partie inférieure de la bête nous indique qu’elle possède une assise solide, une base d’une force absolue et qu’elle a de quoi se défendre.

Ensuite, la gueule, celle du Lion, rugit et se fait respecter. Le lion est le roi de la jungle (la jungle est une forme de savane touffue où vivent les grands fauves). Ainsi, la bête décrite par Saint Jean hérite de cette autorité sur les autres bêtes qui l’entourent.

Finalement, elle ressemble à un léopard. Cette ressemblance ne doit pas être physique mais plutôt physiologique car aucune partie du corps contrairement aux 2 autre animaux nommés n’est comparée au félin tacheté. Ainsi, la bête de la mer est habile et rapide.

Pour résumer, nous avons donc affaire à une bête d’une force incommensurable dont la base semble inébranlable. Que cette même bête a une autorité effrayante et qu’elle agit de façon rapide et habile.  Cela ne donne vraiment plus envie de se promener sur les plages du littoral français. Tomber nez à nez avec une telle créature, c’est un coup à te gâcher les vacances les plus ensoleillés du siècle. Trève de plaisanteries, ne jouons plus au protestant …

Cette bête provient de la mer, elle ne vie pas dans l’eau salée, mais elle sort du peuple, elle sort de l’esprit et de la volonté des hommes. En effet, Saint Jean nous donne lui même la clef, la signification des océans, des mers, des eaux au chapitre 17, verset 15 : Et il me dit:  » Les eaux que tu as vues, au lieu où la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations et des langues.

Et dans ce même chapitre, au verset 17 on lit : Car Dieu leur a mis au coeur d’exécuter son dessein, et de donner leur royauté à la bête, jusqu’à ce que les paroles de Dieu soient accomplies.

Et c’est exactement ce qui s’est passé. Le siècle des lumières (celle de lucifer), suivi de la Révolution Française, de la mort du Roi de droit Divin, de la création des droits de l’homme luciférien devenus la référence mondiale, des 2 guerres mondiales aux morts indénombrables, du concile Vatican II, et des temps modernes ont destitué spirituellement notre Seigneur Jésus Christ de sont trônes pour y mettre la bête. C’est-à-dire pour y mettre l’homme lui-même. L’homme rationnel, l’homme sans Dieu, l’homme dieu. La voici cette bête issue de la mer, avec ses hauts gradés des loges dirigeant dans l’ombre sa main rapide et agile pour contrôler le peuple devenu mauvais. Nul ne peut lutter contre elle sans être renversé comme un clampin citadin hors de la piste se fait balayer par l’avalanche de Neige. Elle a la force et les armes. Elle tue, elle ment, elle mange nos chairs mais elle se fait adorer. Ô quelle est belle, ô quelle est grande cette république exemplaire issue d’une révolution devenue définitivement bénéfique. Comme il devait être malheureux ceux qui vivaient sous les tyrans capétiens, quelle belle époque. Marianne est le symbole par excellence de la république maçonnique. Ainsi, Marianne ou Marie – Anne constitue un blasphème. Marie est la mère de Dieu, elle a porté le Christ en son sein et Anne est celle qui a annoncé lors de la présentation de l’enfant Dieu au Temple à Siméon que le Christ est parmi nous.

Il ne faut pas s’y tromper, Dieu nous prévient, cette bête mène à la mort, la vraie, celle de l’âme. Chapitre 13, verset 8 : Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas été écrit dans le livre de vie de l’Agneau immolé, dès la fondation du monde.

II) La bête de la Terre

Voici le texte de Saint Jean au chapitre 13 décrivant la bête de la Terre :

11 Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui portait comme un dragon.
12 Elle exerçait toute la puissance de la première bête en sa présence, et elle amenait la terre et ses habitants à adorer la première bête, dont la plaie mortelle avait été guérie.
13 Elle opérait aussi de grands prodiges, jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes,
14 et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, persuadant les habitants de la terre de dresser une image à la bête qui porte la blessure de l’épée et qui a repris vie.
15 Et il lui fut donné d’animer l’image de ta bête, de façon à la faire parler et à faire tuer tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête.
16 Elle fit qu’à tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, on mit une marque sur la main droite ou sur le front,
17 et que nul ne pût acheter ou vendre, sil n’avait pas la marque du nom de la bête ou le nombre de son nom.
18 C’est ici la sagesse! Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête; car c’est un nombre l’homme et ce nombre est six cent soixante-six.

Des saints de l’Église Catholique considèrent que la bête de la terre sera l’Antichrist. Il sera un être de chair et non un système.

Le Saint cardinal Robert Bellarmin (1542-1621) dit d’ailleurs en parlant du sujet de l’antichrist :« Le nom d’antéchrist signifie un personnage contraire au Christ ; contraire, non d’une façon indéfinie, mais de sorte qu’il lutte avec le Christ sous le rapport de l’influence et de la dignité ; c’est-à-dire qu’il est le rival du Christ, ou qu’il veut se faire passer pour le Christ, après avoir fait rejeter le Christ véritable. En grec, le mot « anti » exprime proprement l’opposition.»

Le verset 11 indique le caractère de dissimulateur de la bête. Elle viendra avec deux petits cornes d’agneau. Elle va sous de bonnes apparences et de bonnes dispositions cacher son vrai visage.

Les versets suivants nous montrent les rapports entre les 2 bêtes. En utilisant la définition donnée par le Robert Bellarmin, on peut comprendre aisément pourquoi l’antichrist (Bête de la terre) veut faire adorer la première bête. En effet, le rôle de l’antichrist est de détruire le Christ, ainsi il va s’appuyer sur le travail effectué durant presque 3 siècles par la bête de la mer. Il va faire adorer la république, ses symboles comme les droits de l’homme, la fête nationale tachée de sang et ses nouveaux héros (Simone Veil, Voltaire, Jules Ferry) pour faire entrer les péchés au nom de la liberté de chacun (avortement, mariage homosexuel, sexualité débridé, éducation grivoise des enfants).

Il fera descendre le feu sur la terre. Ce verset est-il à prendre comme un prodige ou plutôt comme une conséquence de la colère de Dieu ? Dieu nous a dit qu’il ne punira plus les hommes par l’eau et son Fils, Jésus nous apprend que la terre sera puni comme Sodome a été punie. Cette foudre qui descendra sera-t’elle de même nature que celle qui a enflammée le taureau de Élie devant les idolâtres ?

Il animera l’image de la bête, de façon à la faire parler et à faire tuer tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête : Les hommes condamnaient ne le sont-ils pas au nom de la justice de la République Française ? Ceux qui étaient contre la Révolution Française, ceux qui refusaient d’adorer celle qui allait naître, n’étaient-ils pas exécutés au nom du Peuple Français (synonyme), la bête est animée, elle agit et elle parle.

Et pourquoi dire que la Bête de la mer était blessé à mort ? N’y a-t’il pas eu 2 guerres mondiales ? Marianne a eu le feu au miche durant cette période. On aurait pu basculer dans le communisme stalinien ou trotskiste (le pire du pire), ou alors tomber entre les mains des allemands nazis. La république étaient mise à mal. Mais elle a guéri de sa plaie et elle a gagné en admiration.

Cette homme sera choisi par Satan lui-même. Il faut comprendre que satan est sur la terre car il a expulsé du ciel et jeté sur la terre par l’Archange Saint Michel (Apocalypse 12). Il a tout pouvoir sur la terre. Ainsi, celui qu’il choisira, l’antichrist sera la bête de la terre. Satan pour séduire les hommes utilisent le pouvoir et la richesse (Il tente Jésus Christ en lui proposant de lui offrir tous les royaumes de la terre en sa possession en échange d’une génuflexion devant lui). L’arme de séduction de satan est souvent l’argent. Ainsi, et j’en suis persuadé, l’argent, sous contrôle de la synagogue de satan (Jésus dit au juif qui ne l’ont pas reconnu qu’ils ont comme père le diable et qu’il ne sont rien d’autre que la synagogue de satan) est la marque de la bête.

Citation de Mayer Amschel Bauer Rothschild : « Donnez moi le contrôle de l’argent d’une nation et je ne me soucierai plus de qui en écrit les lois.

L’homme éclairé se détache du matérialisme, son esprit est un réceptacle de la Sainte Parole de Dieu et la main symbolise la mise en pratique par le geste. La main permet aussi de porter les rouleaux (Apocalypse, chapitre 10), c’est-à-dire elle permet de porter la parole de Dieu. En opposition à ceux marqués du sceau divin, les autres sous l’emprise du malin sont attachés du plus profond de leur être au matérialisme concrétisé par la possession d’argent. Il pilote leur vie et leur main n’est plus qu’un outil en amasser.

Le 666 s’oppose au 777. Chacun des 3 chiffres représentent une partie du mystère de la Sainte Trinité.

L’homme parvenu à la plénitude de Dieu, le 777 :

  • Le Premier 7 représente Dieu le Père : il croit en Dieu
  • Le second 7 représente le Christ : il croit au verbe incarnée, sa parole guide sa vie
  • Le troisième 7 représente le Saint Esprit : il est animé par le Saint Esprit

L’homme bloqué au 666 :

  • Le Premier 6 représente sa croyance : il ne croit pas en Dieu, mais en lui. Il ne respectera pas le 7ème jour, celui du repos, il préférera accomplir ses affaires plutôt que de rendre gloire à Notre Dieu.
  • Le second 6 représente ses lois : ses pas ne sont pas guidés par la parole du Christ mais par les lois des hommes. Il trouvera juste les lois sur l’avortement.
  • Le troisième 6 représente l’esprit du monde : il n’est pas éclairé par l’Esprit Saint de Dieu, il ne s’intéressera qu’aux fausses réalités du monde d’en bas.

III) Le champion de la terre

Petit rappel : Macron a travaillé dans la banque privée Rothschild (blason rouge). Il a engrangé un gros capital (c’est pratique avant de se consacrer à la politique). Il a connu beaucoup de grand patron français. Il est un protégé de Jacques Attali.

Le 26 septembre 2018, Il a reçu le titre inédit de « Champion de la terre ». Dans un article précédent, « le secret de la Licorne », j’avais parlé d’un film anglo-américain réalisé en 1976, Damien, la malédiction.

Ce film nous apprend :

  • l’antichrist sera un homme politique,
  • il est nommé Damien (nom curieux pour un film anglophone),
  • il vient en séducteur.

Visualisé à quelques encablures de l’élection présidentiel, l’antichrist du film était une copie certifiée conforme à Macron. Voici un extrait de l’article mis en ligne en avril 2017 :

Mais, le plus intéressant reste le nom de l’anti-Christ: Damien Thorn. Thorn se traduit par épine et Horn signifie la corne. Damien, nom curieux pour un film anglophone, renvoie au nom de la ville de naissance de Macron. On pourrait jouer sur la phonétique de la phrase « Macron est d’Amiens » pour comprendre « Macron est Damien ».

Alors, s’agit-il d’une coïncidence, mais le 26 septembre est le jour des fêtes des Saints Côme et Damien dans le calendrier.

Information du site http://www.ephemeride-jour.fr

La signification du nom Damien donnée par le site est en adéquation avec le rôle de la bête décrite ci-dessus. Damia est une déesse phrygienne créant un lien avec la révolution française et le bonnet phrygien. On peut aussi constater le côté séducteur de l’individu.

On va clore ce chapitre en adoptant une attitude factuelle :

  • Macron ne représentait que 15% des voix française. Il n’a donc pas été choisi par le peuple. Il a été placé stratégiquement par ses amis Attali, Rotschild et consorts.
  • Macron est venu en séducteur.
  • Macron devient le champion de la Terre.
  • Macron n’aurait pas pu choisir de meilleur lieu que la pyramide du Louvre pour inaugurer son quinquenat, symbole de la république maçonnique par excellence.

Je considère que la création et l’attribution à Macron de ce titre est un divertissement offert aux sbires du démon. Tout ce passe sous nos yeux, mais ce peuple abruti ne pourra comprendre.

La période bleue

Je n’ai pu me résoudre à conclure l’article précédent car d’une part, l’année 2018 n’est pas encore terminée et d’autre part, même lorsque le calendrier au mur sera changé, les événements arrivants seront issus de ceux des années précédentes. Ainsi, il est juste possible d’analyser cette carte du temps de l’ennemi (la couverture) qu’en observant les événements au jour le jour.

Cet article fait ainsi résonance au précédent. Mais, pourquoi donc écrire la suite juste maintenant ?  Car tout simplement trois événements se sont succédés rapidement et m’ont inspiré des idées. L’article ne sera pas long. Il va juste exposer les trois événements et les liens entre eux.

I) Le premier événement : Macron en visite au Danemark.

En regardant brièvement l’actualité, je suis tombé sur cette photo :

Macron a été élevé au rang de chevalier de l’ordre de l’Eléphant au Danemark. Mais, le plus intéressant dans cette histoire est l’accoutrement du démagogue anti-gaulois. On peut y distinguer un nœud papillon et un ruban bleu ciel (ce ruban est un élément de la décoration de chevalier).

La décoration de Macron était inattendue. Aucun média n’avait anticipé la remise d’une telle distinction, de plus, on a même le léger sentiment d’une décision arbitraire de la Reine du Danemark. En regardant l’économiste 2018, on est en droit de s’interroger sur les dons divinatoires des griffonneurs.

Ressemblant, Non ?

Macron durant cette visite a évoqué 3 sujets :

  • le Gaulois « réfractaire au changement »,
  • le départ possible d’une prochaine édition du tour de France,
  • le départ de Nicolas Hulot.

Pour le dernier point, il est intéressant de retrouver l’icône de la station électrique débranché non loin de l’icône Macron :

La station est débranchée, le courant ne passe décidément plus entre le VERT Hulot et le prince intronisé par Atali. Nicolas Hulot s’en ai aussi pris frontalement au lobby nucléaire les jours suivants sa démission.

Les 2 autres éléments de ce coin inférieur droit de la page sont également intéressants. Les 2 symboles sont présents sur la page de 2017. Tout d’abord en 2017, le poisson est mourant dans une petite flaque d’eau avec en arrière plan une explosion nucléaire. Il est le symbole du ralliement des premiers Chrétiens et il rappelle de ce fait la conversion à l’Église du Christ de Clovis, Roi de la Gaule, après la promesse faite au Dieu de Clotilde durant la bataille de Tolbiac. La déclaration anti-gauloise du bonhomme n’est peut-être pas inopinée. Enfin, l’altesse (en jaune) représente la seconde arcane (Trump) de la page 2017. Cette carte fait résonance à la décoration donné au mari de Trogneux, réservé à l’origine au prince de sang royaux, adoubé par Trump en 2017 lors du défilé du 14 juillet.

Pour rappel, l’article précédent indiquait que la couleur blanche pouvait représenter les différents peuples de la terre. Ici, il représenterait le peuple réfractaire.

II) Le pont de Gènes et le Fort de Brégançon

Macron a passé les vacances estivales au Fort de Brégançon. Dans l’article précédent, j’ai indiqué qu’il était possible que les couleurs étaient liées à des périodes et/ou à des personnages. Ici, nous sommes dans les 2 cas. Il est possible aussi, à la manière des cartes de tarots de l’édition 2017, qu’une zone (ici, la zone en bas à droite) est caractéristique d’une période brève. Pour faire court, le pont bleu ciel situé dans cette même zone est certainement lié à la période englobant les vacances de Macron et la décoration danoise (une quinzaine de jours).

En évoquant le pont bleu, je pense à la catastrophe de Gènes. Il existe un lien entre les 2 lieux. La ville de Gènes est située dans la région de Ligurie. Or, le fort de Brégançon était à l’origine une zone d’occupation Ligure et non gauloise (voici un extrait du quotidien du Monde).

Dans l’article du média, il est aussi remarquable de lire l’opposition entre les ligures et les gaulois, ça sonne comme une boutade présidentielle.

Sur la carte du monde :

 

Sur la zone de la couverture, reste alors un icône bleu, celui de l’affaire Benalla.

III) L’affaire benalla

La dernière affaire est un remake de la série américaine des année 90, « Madame est servie » avec dans le rôle d’Angela Bower, Emma Macron et dans celui de Toni Michelli, Alexandre Benalla. La couleur bleue est liée au président de la république.

Mais pourquoi associer cet icône à l’affaire Benalla ? Tout reste dans la manipulation médiatique et les images liées à cette affaire. 2 images me viennent en tête lorsqu’on évoque Benalla et Macron : les balades en vélo et le ski.

Les bronzés font du ski

L’association avec l’affaire Benalla est aussi lié à la couleur bleu ciel de l’icône en rapport sur la couverture avec Macron.

En observant l’image de la zone en mettant en évidence les 3 icônes étudiés, il ressort une construction géométrique non dénuée de sens représentée ci-dessous :

Le premier icône jaune en partant du haut montre principalement 2 planètes : Saturne avec les anneaux et Jupiter placé à sa gauche dans le Système Solaire. Or, Jupiter est le nom qu’aime à se donner le prétentieux de la république.

L’icône situé le plus en bas est encore lié à l’orgueil du jeune adoubé, il a été expliqué en début d’article. Il reste le troisième icône, celui de la coupe du monde, celui des champions du monde pour une durée de 4 années, durée restante du règne de Macron Ier. Ces icônes expriment tous les trois une emprise sur le monde. L’association n’est donc pas ridicule. Il est curieux aussi de contempler, mais cela doit être un hasard, l’étoile de David.

Enfin, la coupe du monde et les skis situés l’un au dessous de l’autre font aussi écho à la présence de Benalla durant la compétition de football et la privation du Trophée par ce curieux personnage lors du défilé sur les champs Elysée.

Article en ligne de Ouest France le 7 septembre 2018

Cette privation du Trophée par l’homme de confiance du président symbolise aussi le pouvoir confisqué au peuple français par sa tête. Il a les pleins pouvoirs.

Conclusion

Il est remarquable que les icônes placés sur ce bas de page à droite puisse comporter autant de lien avec les événements de ce mois d’août 2018. Il s’agit peut-être de coïncidences, mais il me semble que tous ces événements étaient prévus. L’article démontre une dimension mondiale et un changement de paradigme. Macron, malgré les sondages catastrophiques français va prendre une importance sur tout le globe par les faveurs de l’ennemi. Peut-être sera-t’il celui qui lancera la reconstruction tant espérée par les rabbins du talmud du troisième temple de Salomon.

Je terminerai en avançant une théorie : l’effondrement du pont de Gènes représente l’effondrement du pontificat donnée au faux pape intronisé par la bête (démission forcée du pape Benoit XVI-Cet effondrement est prophétisé dans l’Apocalypse de Saint Jean lorsqu’il évoque la fin de la prostituée) et la passation de pouvoir à la bête politique.

Le monde en 2018: Le passé et le présent selon l’ennemi

Avant Propos

Pourquoi étudier le plan du malin ?

Nous sommes au seuil de l’année 2018. L’apparition du numéro « The economist, the world in … » est le meilleur moment pour effectuer une revue de l’année 2017 et apporter des idées sur la nouvelle couverture.
La couverture 2017 était en lien direct avec le récit de l’Apocalypse de Saint Jean. Elle nous montrait le point de vue du clan opposé. Son étude est importante car elle est une aide pour mieux nous situer dans le récit divin. L’ouverture successive des sept Sceaux par notre Seigneur Jésus Christ (Signal du départ des calamités). Plusieurs questions se posent ici :

  • Qu’est-ce que les sceaux de l’Apocalypse ?
  • Comment comprendre l’ouverture du sceau ?
  • Peut-on dater ou anticiper l’ouverture des sceaux ?

Les sceaux de l’Apocalypse sont ouverts par Jésus Christ. Leurs ouvertures annoncent les fléaux. Ils ne sont pas envoyés par Dieu. L’homme sera puni par l’homme. Pour bien comprendre l’expression « ouverture du sceau » il faut reprendre le livre de Daniel au chapitre 12 :

1 En ce temps-là se lèvera Michel, le grand chef, qui tient pour les enfants de ton peuple, et ce sera un temps de détresse telle qu’il n’y en a point eu de pareille, depuis qu’il existe une nation jusqu’à ce temps-là. Et en ce temps-là, ton peuple sera sauvé, quiconque sera trouvé inscrit dans le livre.
2 Et beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière se réveilleront, les uns pour une vie éternelle, les autres pour les opprobres, pour la réprobation éternelle.
3 Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du firmament et ceux qui en auront conduit beaucoup à la justice seront comme les étoiles, éternellement et toujours.
4 Et toi, Daniel, serre les paroles et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Beaucoup le scruteront, et la connaissance s’accroîtra. »

Au chapitre 12, Daniel a 2 missions données par l’ange :

  • écrire dans un livre ce qui se passera au temps de la fin,
  • sceller le livre.

On appose un sceau sur un livre ou une enveloppe pour s’assurer de conserver le contenu secret. Pour en découvrir la teneur, il faut casser la cire et laisser ainsi apparente une trace. Mais, dans le livre de Daniel, le livre est paradoxalement scellé jusqu’à la fin des temps mais il « sera scruté et la connaissance s’accroîtra ». Ce verset nous montre l’importance du TEMPS. Le temps devient la dimension divine. Seul Dieu connaît le temps de la fin, mais, Dieu va aider « Ceux qui auront été intelligents » en leur envoyant l’Esprit Saint pour comprendre le déroulement du temps. On peut considérer alors que l’ouverture du sceau est une compréhension des événements mondiaux par ceux qui son attentifs à Dieu (La vrai intelligence) par le biais du Saint Esprit.

Cette affirmation est renforcée par l’Apocalypse lorsqu’on nous apprend que l’Agneau Immolé choisi car il a racheté par son sang tous les peuples de la terre, est le seul à pouvoir prendre le livre et d’en ouvrir les sceaux. Ainsi, Jésus qui indiquait lorsqu’il était parmi nous que seul le père connaissait les temps de la fin, en prenant possession de son trône et de sa couronne à la suite du sacrifice, est entré dans le mystère de la Trinité Divine (devenu Dieu) et a ainsi pris connaissance des TEMPS de la fin.

L’entrée dans le XXème avec toutes les découvertes scientifiques sataniques (théorie de Darwin, nucléaire, gazière, pétrolifère, …, toutes mortifères) a donné les 2 guerres les plus abominables de l’humanité, abouti à l’apparition de l’avortement, suscité la banalisation du divorce et de l’homosexualité, encouragé une sexualité débridée, poussé un féminisme blasphématoire, jalonné la perte de la virilité des hommes et ainsi ouvert un boulevard royal à Satan. Les hommes ont reçu ses découvertes pour qu’ils se gaussent d’orgueil, pour rejeter Dieu, ils sont eux-mêmes devenus des dieux (de pacotille). L’homme se disant rationnel est prétentieux, calculateur et souvent bras ballants quand un événement de la synagogue de Satan arrive. Il va allumer une petite bougie sur un pont pour un hommage inutile. Son rationalisme absurde ne lui permet pas de comprendre pourquoi « tout ce mal » car pour lui ni Dieu ni le cornu n’existent. Combien de fois n’a-t’on pas entendu « Si ton Dieu existe, pourquoi permet-il des choses pareilles ? » Et l’Apocalypse de donner la traduction au chapitre 9 :

20 Les autres hommes, qui ne furent pas tués par ces fléaux, ne se repentirent pas non plus des œuvres de leurs mains, pour ne plus adorer les démons et les idoles d’or, d’argent, d’airain, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher ;
21 et ils ne se repentirent ni de leurs meurtres, ni de leurs enchantements, ni de leur impudicité, ni de leurs vols.

Oui, l’homme rationnel ne se repent pas car pour lui Dieu n’existe pas. Ainsi il blasphème le nom du « Tout-Puissant » en le considérant comme nul et non avenu et il va bien sûr continuer à adorer ses idoles. Et oui, la vie continue … et comme ils disent en s’adressant aux terroristes: « nous allons continuer à nous distraire pour leur montrer que nous n’avons pas peur ».

Et pourtant, en étudiant les mathématiques, science la plus exacte, on se rend compte qu’il est obligatoire de définir un espace de travail délimité pour rester dans la vérité. L’homme rationnel entre de lui même dans une prison spirituelle cloisonnée qui le conduira à accepter un monde en passe de devenir Orwellien. Ce petit laïus permet de répondre affirmativement à la question de la datation des sceaux déjà ouverts. Il suffit de lire l’article sur les 4 cavaliers de l’Apocalypse pour en avoir des exemples. Pour ce qui est de dater celui « qui reste » à ouvrir, nous ne pouvons pas savoir avec exactitude le moment. SEUL NOTRE DIEU TRINITAIRE LE CONNAIT. Mais, nous avons le DEVOIR, car nous avons reçu l’aide de l’Esprit Saint et la Grâce de la FOI, c’est-à-dire l’intelligence reçue de Dieu de croire (synonyme de : noms écrits dans le livre, hommes privilégiés de Dieu), de rechercher à la lumière des écritures l’avancée des temps et de communiquer afin d’enseigner et de sauver le plus d’âmes errantes. Ceci est le sens des versets 2 et 3 cités au dessus :

2 Et beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière se réveilleront, les uns pour une vie éternelle, les autres pour les opprobres, pour la réprobation éternelle.
3 Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du firmament et ceux qui en auront conduit beaucoup à la justice seront comme les étoiles, éternellement et toujours.

Ainsi, l’étude du plan du démon n’est pas une mauvaise chose car elle permet de cheminer à travers les Saintes Écritures et de renforcer notre Foi. Elle offre aussi un support pour entraîner les « tièdes » à la suite de Notre Seigneur Jésus Christ.

L’année 2017 : Trump et Israël – La position d’un roi

Dans l’article Le secret de la licorne, Nous avons pu découvrir la carte de Trump assis sur un trône.  Son intervention en fin 2017 sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale du monde juif a une portée eschatologique extraordinaire pour le monde entier. Ces paroles touchent de manière forte mais différente les juifs, musulmans et chrétiens (protestants comme catholiques). Cette reconnaissance est un véritable coup de canon et oblige le monde entier à prendre position. Trump accentue encore plus l’effet de cette annonce en déstabilisant la zone iranienne ennemi du pays Israël. C’est une déclaration que seul un grand dirigeant aurait pu prendre. Il change de stature.

Un ancien président américain (Jimmy Carter) avait déjà pris cette position accidentellement (lapsus dans un discours) à la fin des années 1970. Cette déclaration maladroite avait suscité dans le monde entier beaucoup de réactions. Cette fois, la déclaration est volontaire et retentissante. La signature disproportionnée de l’occupant de la maison blanche, bien que grossière est faite  pour marquer les esprits. De haut de son trône, le président Trump (Trompette) regarde. Il déclare que la « sainte citée » Jérusalem (point de vue non spirituel) est désormais israélienne n’en déplaise aux palestiniens et le monde arabe. Et voici, un extrait des laudes de ce matin (jeudi 4 janvier) :

Psaume : 47

Il est grand, le Seigneur, hautement loué, +
dans la ville de notre Dieu, *
sa sainte montagne, altière et belle,
joie de toute la terre.

La montagne de Sion, c’est le pôle du monde,
la cité du grand roi ; *
Dieu se révèle, en ses palais,
vraie citadelle.

Voici que des rois s’étaient ligués,
ils avançaient tous ensemble ; *
ils ont vu, et soudain stupéfaits,
pris de panique, ils ont fui.

Je paraphrase « Solitaire » dans le film « Vivre et laisser mourir » : « les cartes ne m’ont jamais menti ». Même si cette incartade cinématographique introduit maladroitement la pratique démoniaque de la cartomancie, elle fait une excellente transition pour la suite de l’article car il sera question entre autres de 2 films de James Bond.

L’arc en ciel

Il s’agit bien dans cet article d’apporter des éléments aidant à la compréhension de la page « le monde en 2018 » de l’ennemi mais aussi celle des années précédentes. Toutes les couvertures sont liées. Pas mal de choses sont sorties de l’observation de la nouvelle couverture et de recherches çi et là. Par contre, il m’est impossible de structurer correctement mon propos car il est difficile de regrouper les éléments. Ainsi, même si cela pourra paraître brouillon, je vais disposer les idées les unes après les autres dans l’ordre chronologique de leurs apparitions.

Les deux premières choses qui m’ont sauté aux yeux sur cette couverture ont été :

  • la couleur des icônes: Ce jeu de couleur m’a immédiatement rappelé les couvertures 2015 et 2016 et les différentes tenues colorées des occupants des couvertures.
  • l’icône du clown: Selon Philippe Goudard, dans le livre LE CLOWN, POÈTE DU DÉSORDRE accessible ici, le « clown » est synonyme de comportement dérangé et de désordre dans le langage courant. Ce personnage rouge me rappelait aussi mon dernier voyage dans la capitale française en ce début de mois de novembre où chaque bus avait placardé les images horribles du 8ème opus du film SAW.

Voici donc le point de départ. La Juxtaposition de l’icône et de la photo du clown du film d’horreur va mettre en évidence des points communs.

  • Le noir et le rouge sont très présents sur les 2 photos.
  • Le regard rouge du clown « jigsaw » et les croix en guise d’yeux sur la seconde photo symbolisent la mort.
  • Chaque visage est allongé et les fronts comportent une excroissance.
  • L’affichage massif de la publicité pour le film et l’icône rouge sur la couverture du magasine forment « une incroyable coïncidence ».

Le cinéma appartient à l’ennemi et ce genre de film ne déroge absolument pas à la règle. Avant de poursuivre, je dois confesser qu’à l’époque de la sortie de saw II, je m’asseyais plus facilement dans une salle obscure que de m’agenouiller devant le Saint Sacrement pour adorer notre Dieu. Les temps ont bien heureusement changé dorénavant. Si ces histoires peuvent paraître géniales, elles ne sont pas le fruit d’une imagination supérieure d’un  super cinéaste mis en avant par une presse menteuse mais elles émanent surtout et il ne faut pas s’y tromper du plan donné par Satan lui-même à tous ses suppôts. Il faut comprendre qu’en trouvant remarquable ce genre de pourriture, on rend hommage inconsciemment au plan de la bête (en ayant bien sûr payé un droit de visualiser le film).

Remarque : je ne visionnerai pas les 5 saw encore inédit pour moi même si je pense qu’ils pourraient contenir des éléments cachés intéressants.

Par contre, ce panachée de couleurs et le film « saw II » m’a fait penser à l’arc-en-ciel. Dans le film, plusieurs petites-frappes sont enfermées dans une maison. Ils respirent un gaz mortel et ont juste 2 heures pour se procurer l’antidote. Chacun aura sa chance. Jigsaw dans son immense bonté ajoute un petit joker. Un gros coffre fort dans la première pièce contient une dose de l’antidote. L’énigme suivante est alors offerte à tous les participants :

  J’en ai caché un (antidote) dans le coffre juste devant vous et vous possédez tous la composition de ce coffre.
  Réfléchissez. Les numéros sont derrières votre esprit et l’indice qui vous permettra de les mettre dans l’ordre est au delà de l’arc-en-ciel.

Personne ne tentera d’ouvrir le coffre mais un des derniers occupants :

  • s’apercevra que chaque occupant est tatoué sur la nuque d’un numéro de couleur différente,
  • comprendra que les numéros forment la combinaison.

Le film ne donne pas la solution sur la façon d’obtenir la combinaison mais il suffit de reprendre l’énoncé de l’énigme pour comprendre (le séquençage rapide et en gros plan des nuques tatouées en fin de film montre clairement les couleurs).

Première hypothèse  importante: L’arc-en-ciel est synonyme de rangement. Dans le film, il permet de ranger les numéros dans l’ordre et sur les couvertures les couleurs pourraient nous permettre de ranger les éléments dans un ordre chronologique. Cette hypothèse donnerait la réponse à l’énigme des couleurs criardes dont sont bariolées les personnages du magazine (hormis ceux dont les couleurs représentent des personnages de dessins-animés).

Les Beatles

Depuis les 3 dernières années, je trouvais des éléments concernant ce groupe malfaisant mais je ne parvenais pas à les compiler dans un même article. Cette étude le permet car il est possible de les relier les uns avec les autres. Ce point va montrer les éléments d’inspiration directe (point a et b) ou indirecte (point c) des Beatles sur les couvertures des magasines The Economist.

a) Le monde magique (satanique) de Lennon

L’année 1967 a été un grand tournant pour les Beatles et la création de la « Religion de John Lennon ».  Voici les événements marquant de cette année:

  • Juin 1967 : Sortie de l’album Sergent Pepper’s
  • Aout 1967 : Mort de Brian Epstein – Il était le manager du groupe. Le groupe doit alors se gérer seul.
  • Du 25 au moi 7 novembre : Tournage du Magical Mystery Tour
  • 7 Décembre 1967 : inauguration de la boutique Apple, 94 rue Bake Street.
  • 26 Décembre 1967 : Diffusion du Magical Mystery Tour sur la BBC

La pochette de l’album Sgt Pepper’s semble fortement avoir inspiré les couvertures the economist 2015 et 2016. En voici les couvertures :

La liste des points COMMUNS concernant les deux couvertures et la pochette de l’album :

  • les fonds sont bleus,
  • les parterres possèdent des objets insolites,
  • des personnages portent des costumes aux couleurs vivent,
  • il existe des personnage cartoon,
  • des personnages apparaissent en noir et blanc,
  • il y a des acteurs, artistes et hommes politiques vivants et morts,
  • les trois ont été étudiés pour en découvrir les secrets.

A partir de ce constat, j’ai été recherché des informations sur le groupe durant cette période. J’ai ainsi :

  • lu les paroles de chansons de l’album,
  • analysé la pochette,
  • visionné le film Yellow Submarine,
  • étudié le Magical Mystery Tour,
  • lu une partie du livre « John Lennon, le Beatles assassiné » de Jean-Paul Bourre,
  • écouté les discours du groupe (surtout Lennon).

En lisant le livre de Jean-Paul Bourre, on se rend compte des motivations de Lennon après la déclaration qu’il avait faite au micro de la BBC concernant la célébrité à venir de son groupe, effaçant la gloire de notre Seigneur Jésus Christ. Voici deux extraits éloquents du livre:

Lennon évoque l’idée de créer une religion
Le temple de la religion de Lennon

Lennon est ennemi de notre Dieu. Il copie Notre Seigneur. Satan est celui qui singe Dieu car il est incapable de créer. On se rend compte aussi de l’importance de la société Apple dans tous ces événements. Dans le livre, on apprend que la boutique Apple vendait des livres de magie, d’astrologie, vêtements de « carnaval », colliers, bracelets, faits pour habiller les personnages d’un monde imaginaire. ELEMENT TRES IMPORTANT: On peut lire la phrase Une façade peinte aux couleurs de l’arc-en-ciel. Voici une photo d’époque :

Magasin Apple en 1967, rue Baker Street, Londres

En 1976 sort le premier logo « Pomme » d’Apple. Ce logo est aussi au couleur de l’arc-en-ciel. L’image suivante représente ce logo de 2 manières différentes :

Le logo de la pomme croquée représente le trophée du diable. C’est après le péché originel – le fruit interdit croqué par Adam et Eve – que Dieu a chasser l’Homme du jardin d’Éden. Ce qui est remarquable est que le logo fait apparaitre la tête du cornu si on le tourne d’un quart de tour. On peut légitimement se poser la question de qui confère réellement au Beatles et à Apple ce succès incroyable. Par contre, il y a toujours un prix à payer. Lennon a été assassiné, Steve John est mort d’un cancer, Georges Harisson a été poignardé 40 fois en décembre 1999 et il est mort d’un cancer en 2002. Nous avons toujours notre arc-en-ciel. Apple aujourd’hui distribue toutes les chansons des Beatles.

b) Lucy in the sky with diamonds

Je vais laisser de côté les initiales LSD qui est pour moi un attrape-gogos. L’étymologie de Lucy est lux, signifiant la lumière. Lucy, n’est autre que Lucifer. Cette chanson est une ode au cornu. De manière phonétique « diamonds » ressemble beaucoup à démons en anglais. Lucifer est dans le ciel avec les démons. La chanson annonce que Saint Michel et son armé céleste n’ont pas jeté sur la terre l’accusateur de nos frères devant Dieu sur la terre comme l’annonce Apocalypse 12.

Dans le clip vidéo, on retrouve toujours les couleurs chatoyantes et l’arc-en-ciel. Voici des photos intéressantes du clip :

Arc-en-ciel et  une espèce de démon qui accède au ciel

Les étoiles à 8 branches dans le clip
Femmes dansant sur des étoiles (avec une étoile autour du cou)

Les étoiles à 8 branches, la chanson et les femmes dansant font penser à la carte « étoile » sur la couverture 2017:

En consultant le Wikipédia de cette même chanson (source faillible, mais extraordinaire tout même dans notre cas), nous pouvons lire :

Extraordinaire car sur la couverture 2015, on voit Alice (au pays des merveilles – présence aussi de Cashire) de dos regarder tout le groupe de bonshommes. Elle est debout sur un sol qui réfléchit les objets comme un miroir. Nous avons notre Alice de l’autre côté du miroir.

c) Pepper’s Land

Le film « Yellow Submarine » est un film d’animation proposé par Apple. Les Beatles volent au secours des habitants du royaume de Pepperland, attaqués par les forces du mal qui veulent supprimer la joie et la musique. Le film dure 1h30. Il est bourré de signes sataniques. On peut voir par exemple le Sergent appelé à l’aide en faisant le signe cornu des 2 mains, John Lennon est la créature de Frankenstein (une créature non divine qui lutte contre le mal !) ou alors Georges Harisson en pleine méditation hindous dans une atmosphère glauque. Je ne suis pas parvenu à aller jusqu’au bout. Par contre, il reste encore à dire sur le Sergent Pepper. Ce film est une suite d’inversion satanique.

Ancien amateur des vieux James Bonds, il m’est revenu que Vivre et laisser mourir ainsi que l’homme au pistolet d’or (les 2 premiers JB de Roger Moore) mettaient en jeu un rôle atypique : le Sergent Pepper. Il est un policier de la Louisiane pas du tout futé, imbu de sa personne et caricaturant l’américain All Star. Il veut arrêter James Bond pour infraction de vitesse sur les marécages. Lorsque James Bond revient sur le sol, il est accueilli par son ami Félix de la CIA. Le sergent arrive un peu plus tard et il y a l’effet comique d’une arrestation incongrue. Les mots du Sergent sont bien choisis : « Qu’est ce que je vois ? Une bête de l’Apocalypse ou un monstre de l’enfer. » Il est a signalé aussi que la bande originale du film a été écrite par l’ancien Beatles Paul Mac Cartney.

Dans le film Vivre et laisser mourir, il est question de magie Vaudou et de la cartomancie. Solitaire utilise les cartes du tarot. Nous avons ici une relation avec la couverture du magasine le monde en 2017. La table reflète des objets de manière similaire au sol de la couverture 2015.

Solitaire tire les cartes (Ces cartes ressemblent à celle de la couverture – la tour de Dieu, le cavalier, le bateleur)

La couverture « Le monde en 2018 »

En considérant, le lien avec le film saw, il faut ranger les icônes dans l’ordre des couleurs de l’arc-en-ciel. Mais, satan ne prend l’arc-en-ciel conventionnel, arc d’alliance entre Dieu et Noé ou alors le symbole lié à Notre Sainte Mère du ciel. Non, satan en 2016 présentait le drapeau américain au format LGBT. Toutes les couleurs du drapeau se retrouve sur les icônes de la page 2018.

a) les couleurs jaunes et bleus

Pour débuter cette partie, il est mieux de commencer par la couleur jaune. Il existe 2 bandes de cette couleur correspondant à 2 périodes différentes. On peut considérer la première liste d’icônes:

 

Voici les liens entre la page 2017 et cette première série :

Le parapluie et les livres fermés accentuent l’analyse publiée l’an dernier. On se rend compte désormais que la parole n’est plus accessible car les livres sont fermés. Le parapluie est bel et bien ouvert, il couvre la terre de la lumière de Dieu privant la plupart des hommes de l’Esprit Saint. Le premier message de la couverture est de montrer une évolution: La parole de Dieu ne parvient plus aux hommes. Est-on arrivé à la fin du marquage des justes annoncés dans l’Apocalypse ?

On peut aussi noter le petit clin d’œil de la partie adverse pour la couleur choisie pour le parapluie. En effet, cet icône montre qu’ils étaient derrière la révolution des parapluies à Hong Kong. Les images sont plus parlantes que les mots :

Révolution des parapluies à Hong Kong en 2014

Je vais passer les 2 icônes concernant les cartes « The Hermit » et « The Star ».

Les icônes en lien à Trump (signifiant Trompette) montrent également que son trône lui est bien acquis. Il a le glaive et le trône. Dans sa main, il tient une couronne. Par contre, il n’a pas de couronne sur la tête ni sur la couverture 2017 ni sur celle de 2018. Considérons alors les éléments suivants :

  • La carte de Trump se situe au dessus de celle du magicien (Le magicien est macron, voir le secret de la Licorne),
  • Trump a une couronne en main et non sur la tête.
  • La couleur jaune est suivi par la couleur bleu foncée puis bleue claire sur le drapeau.

Considérons la liste d’icônes de couleur bleue suivante :

Ces icônes nous racontent une histoire. L’image centrale représente Macron. La couronne n’est pas jaune mais bleu car elle lui sera remise par celui qui est assis sur le trône (il a la couronne en main). Ainsi les événements entrent Trump et Macron prennent du sens désormais :

  • la déclaration de Trump sur Israël lui confère une posture le divinisant (faussement) aux yeux du camp adverse,
  • la puissante poignée la plus ridicule du monde entre les 2 protagonistes montre un Macron résistant prenant même le dessus selon certains journaleux, il se met au moins au niveau de Trump,
  • le 14 juillet, Trump a été invité par l’Elysée pour assister au défilé. Les présidents ont pris un repas hautement médiatisé au restaurant de la Tour Eiffel. Trump a déclaré au français qu’ils avaient élu un super président de la République.

Tous ces événements préparent l’étape suivante pour Macron comme il avait été fait pour l’accession à la présidence par Attali, les journalistes (BFM TV, canard enchaîné, …) et bien d’autres. Voici par exemple la « une » du Time de novembre 2017  qui annonce Macron, le prochain leader de l’Europe.

Dans un premier temps l’Europe, puis …

Macron vient de fêter les 40 ans. Il a été choisi par les hommes œuvrant dans l’ombre. Dans la bible, 42 est un nombre lié à la maturité intellectuelle. Le timing va-t’il être respecté. Dans tous les cas, l’impact d’une intronisation de Trump du président français aurait un effet incroyable.

Considérons désormais « Le nuage de pluie cachant  le soleil ». Il représente l’expression après la pluie le beau temps. Macron va apporter une fausse paix. Saint Paul avait prévenu : Quand les hommes se diront: Paix et sécurité! c’est alors que tout d’un coup fondra sur eux la perdition, comme les douleurs sur la femme enceinte, et ils ne pourront y échapper. La fusée et l’explosion nucléaire ne sont pas sur la page par hasard. Ils font résonances aux deux cartes suivantes de l’édition 2017 :

Nous retrouvons notre magicien appuyant sur un bouton et une belle explosion nucléaire. L’icône de l’explosion sur la couverture nouvelle édition est de la même couleur.

Il est aussi remarquable que le bleu et le jaune soient les 2 couleurs dominantes dans les cartes. Le jaune représente les événements récents désormais établis et le  bleus, les événements en cours de concrétisation. Mais le bleu et le jaunes sont aussi utilisés sur la couverture de 2015 pour habiller le premier ministre indien Narendra Modi. Dans un article précédent, il a été montré que cet accoutrement le comparait à un minion (film d’animation).

premier ministre indien aux couleurs des personnages des studios PIXAR

Il n’est pas étonnant que l’ennemi utilise cette codification visuelle pour montrer comment le peuple des minions (les  peuples du monde) va se doter d’un nouveau chef. Il ne fait aucun doute dans la tête de cette élite satanique que nous sommes les minions. Les minions se cherchent un méchant pour le servir. La France par exemple, par le vote « démocratique » se cherche un méchant pour qu’il devienne leur guide. Tous les politiciens prônent la sacro-sainte république laïcarde aux relents nauséabonds ennemi de notre Dieu (A l’exception de Philippe De Villiers). Dans le films d’animation, les minions se sont trouvés un maître, Gru (un méchant sympathique) dont l’emblème est assez proche d’un autre symbole :

N’avons nous pas les mêmes chefs ? Ils paraissent sympathiques, bien souvent ce sont de grands philantropes mais ne proposent que des lois sorties des ténébres, contraires au vrai enseignement catholique: avortement, union de même sexe, travail le dimanche, …

b) Les couleurs pourpres : Les outils

Le drapeau débute par une couleur rosée et termine par une couleur rosée pourpre. Ces couleurs encadrent toutes les autres. Il faut considérer les nuances violacées comme omniprésente pendant la réalisation du plan de l’ennemi. Ce sont les outils du démon. L’image suivante montre les icônes avec pour certains, leur représentation sur les couvertures des années précédentes.

  • Cashire : le chat d’Alice aux pays des merveilles est lié au attentat du 13 novembre 2015 à Paris. Ce gros matou est en effet présent sur la devanture du BATACLAN où a eu lieu la tuerie du concert des démoniaque EODM (anagramme de EDOM).

Devanture du BATACLAN

Cashire représente le terrorisme. Il est omniprésent – Attentat de Nice, attentat de Londres, Charlie Hebdo, attentat en Allemage, …- Le terrorisme est utilisé par l’ennemi pour nous conditionner dans la peur. Il est encore plus facile de manipuler une population effrayée. Macron durant la campagne présidentielle avait précisé que les français devait s’habituer au terrorisme pour ensuite se raviser et de faire de ce point (face à la transparente Le Pen) une priorité du mandat. Le terrorisme sera encore de mise cette année.

  • Angela Merkel : il est déjà remarquable de constater que la couleur de son pullover en 2015 est la même que celle de l’icône sur la dernière couverture. Merkel est celle qui a été promue porte parole de l’Europe et à ce titre, elle a propagée l’idée d’accueillir en masse les migrants en Europe. Son influence reçue par les grands de ce monde a donné tellement de fruits, tant est si bien que des familles allemandes se sont rendues dans les gares pour les accueillir avec des cris de joies et des banderoles.

Cette icône représente la politique migratoire engagée par Merkel dès 2015. Elle est un outil utile pour produire un mélange explosif. Les hommes politiques européens commencent d’ailleurs à montrer les dents. Macron veut par exemple une immigration choisie.

  • Le bulletin de vote : repris sur la couverture de 2017. Est-il besoin de révéler le sens de ce symbole ?

Le vote est utile pour donner une « pseudo » légitimité à un président choisi par l’élite. Votez ! Votez ! brave gens, les jeux sont truqués.

  • Le drone : il ne cesse de se démocratiser depuis 2015. Sur la couverture, on nous montre qu’il pourra même être utilisé à des fins commerciales. Le drone est désormais utilisé par la police et l’armée. Que pourrait donner l’association de intelligence artificielle et drone. Un super joujou dans les mains de nos élites.
  • Le vélo : il apparaît sur la couverture 2016. Il représente un jeune hipster écoutant de la musique sur son smartphone. Il est en train de rouler à bicyclette.

Par le biais de la mode, la musique et les nouvelles technologiques, il faut rendre la jeunesse (mais aussi les plus âgées si possible) la plus dégénérée possible. Bel outil de manipulation des masses.

  • La longue vue : elle permet de regarder vers l’espace. Des signes peuvent venir du ciel (Jésus nous parle dans l’Évangile de signe du ciel). Les ennemis pourraient aussi produire des signes dans le ciel. Cet icône me laisse néanmoins perplexe.
  • La personne âgée : je n’aime pas ce que représente cet icône. J’espère me tromper. Je pense que l’élite va se servir de la vieillesse pour imposer des lois sur l’euthanasie. Ce débat dure déjà depuis des années. C’est un outil de mort purement satanique.
  • Le pendule : ce dernier icône est le temps qui s’écoule. Il considère le temps comme un outil, comme un allier même. Juste avant le retour de Notre Seigneur Jésus Christ, Satan déclarera sa courte victoire. Mais, les anti-Christ, trompés par le démon, la considère « bêtement » comme durable et définitive. Ils sont au courant des futurs événements et ils en donnent des preuves(cube des Guidestones, attentats annoncées puis réalisés, …). Cette icône indique que le temps est proche.

c) Le blanc : les différents peuples

Sur la couverture, nous retrouvons comme en 2015 et 2016 notre premier ministre indien Narendra Modi. Il était affublé de couleur de personnages de film d’animations les années précédentes. Pour ne pas déroger à cette règle, il fallait l’affubler de blanc. En effet, en mars prochain sortira dans les salles le film d’animations « CROC BLANC ». Il est fort à parier que de petits clins d’œil sur des événements à venir seront dans ce film. On peut aussi remarquer le peu de considération qu’à ces satanistes pour les peuples.

La couleur blanche symbolise sur cette couverture les cibles, les peuples. La ligne blanche se situe sur la partie inférieure du drapeau. Elle est entourée par les lignes de teintes violettes, les outils présentés dans le point précédent.

Le poisson: Le peuple des chrétiens. Le poisson était déjà représenté sur la couverture 2017 sur la carte la mort. Il était aussi blanc.  Il faut s’attaquer au Christ et à son peuple.

Cette icône est à rattacher au symbole Vatican situé sur la ligne en dessous.

 

Les entreprises: Les ouvriers vont être la cible de la mondialisation. L’élite va continuer à fermer les usines dans les points stratégiques pour déstabiliser économiquement les zones. La France sera touchée car Macron va continuer la vente de la France aux étrangers.

Kim Jong-Un: Il est un pantin du système. Le peuple de la Corée du Nord est pris en otage. Il est certainement une option de l’élite pour démarrer la dernière guerre mondiale. Trump a l’aide d’un tweet a su montrer comment il se foutait du peuple coréen qui ne sera juste un prétexte pour le départ du dépeuplement mondial.

La statue de la liberté: elle est un lien entre l’Amérique et la France. Nous avons passé d’une monarchie de droit divin, grande et puissante, mondialement reconnue dont la flotte navale tenait en respect les nations  à un monde dirigé par les américains. La France a tué le grand Roi Catholique et a ensuite passé le flambeau. On peut ainsi comprendre la proximité des 2 présidents.

Cette fausse liberté maçonnique n’est pas celle désirée par les peuples. La lumière portée provient de leur dieu usurpateur Lucifer. La place du monument occupée sur la couverture est très équivoque, elle est sur la ligne la plus haute au centre. L’élite dégénérée par cette position déclare sa victoire comme l’avait annoncé Albert Pike: il annonce que la lumière de Lucifer éclaire tous peuples. On comprend aussi pourquoi les 2 tours ont été construites à cette endroit,  la statue était au première loge lors des attentats. Les deux tours étaient la représentation des deux piliers du temple de Salomon : Jakin et Boaz. Inspiré par  Jacob Frank (donnant le jacobinisme),  ne devait-il pas démolir pour construire un monde nouveau dans les douleurs de l’enfantement.

La tasse de café me laisse perplexe, elle pourrait représenter :

  • l’appauvrissement des peuples cultivant les matières premières telles que le thé et le café,
  • l’empoisonnement par des produits de consommation de tous les jours.

 

Joseph : La préfiguration de l’histoire de Jésus Christ

Cet article est la suite de Jacob ou l’histoire de l’Église de Jésus Christ. Plusieurs épisodes de la vie de Joseph préfigurent la vie de Jésus et son enseignement. Le récit biblique est un témoignage supplémentaire et édifiant adressé aux peuples hébreux pour reconnaitre en Jésus Christ le seul et unique Messie.

I) Les 2 songes de Joseph

L’histoire de Jacob commence dans le livre de la Genèse au chapitre 37. Dès les premières lignes, nous pouvons ressentir l’opposition et la détestation des 10 frères envers Joseph (le onzième étant Benjamin, le plus jeune, fils de Rachel et mère de Joseph). Cette haine est comparable à celle que le Christ a rencontré lors des nombreuses confrontations face aux pharisiens. Il est bon de rappeler avant de continuer le développement que les 12 fils de Jacob (appelé aussi Israël) donneront les 12 tribus d’Israël (représentant l’entièreté du peuple hébreux choisi pour accueillir et reconnaitre le Messie).

Israël (Jacob) aimait Joseph plus que tous ses autres enfants, … et il lui fit faire une tunique ornée (verset 3). La tunique ornée est un cadeau exceptionnel. Il est comme l’habit d’un prince qui recevra en son temps la couronne. Ce présent du Père à son Fils a attisé la haine de ces frères.  Ils sont devenus haineux envers lui. Il savait que Joseph deviendrait l’héritier. Ce lien entre Jacob et Joseph est comparable à celui qu’entretenait Jésus et Dieu le Père. Je pense au Baptême du Christ où Dieu fait entendre que « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis mes complaisances » mais aussi à l’épisode de la Transfiguration durant lequel Dieu annonce à Jean, Jacques et Pierre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi, écoutez-le ».

Les deux songes de Joseph (les bottes de paille et les 11 étoiles) cités dans ce même chapitre ne vont pas calmer la fureur des frères. Ils sont similaires et indiquent clairement que chacun se prosternera devant Joseph. Ils le prenaient pour un prétentieux, comment cet homme de 17 ans (seul Benjamin était plus jeune que lui) pouvait raconter de telles histoires. Ils n’acceptaient rien de lui. Ils avaient la nuque raide. Il ne tenait pas compte des choix du père.

Au chapitre 38, alors que ces frères étaient partis paître les troupeaux, Jacob envoya Joseph les rejoindre à Sichem. Les dix étaient partis à Dotân afin de ne pas être rejoint. Mais, Joseph rencontra un homme seul (envoyé de Dieu) qui lui indiqua la bonne direction.

Ils l’aperçurent de loin et, avant qu’il n’arrivât près d’eux, ils complotèrent de le faire mourir. Ils se dirent entre eux : »Voila l’homme aux songes qui arrive ! Maintenant, venez, tuons-le et jetons-le dans n’importe quelle citerne ; nous dirons qu’une bête féroce l’a dévoré. Nous allons voir ce qu’il adviendra de ces songes! » (Genèse, Chapitre 38, verset 18-20)

Ces paroles font penser à la paraboles des vignerons de l’Évangile de Saint Luc au chapitre 20 :

9 Alors il se mit à dire au peuple cette parabole :  » Un homme planta une vigne, et la loua à des vignerons ; puis il s’en alla pour un temps assez long en pays étranger.
10 La saison étant venue, il envoya un serviteur aux vignerons, afin qu’ils lui donnassent du produit de la vigne. Mais eux, l’ayant battu, le renvoyèrent les mains vides.
11 Il envoya encore un autre serviteur ; mais, l’ayant aussi battu et traité indignement, ils le renvoyèrent les mains vides.
12 Il en envoya un troisième ; mais, lui aussi, les vignerons le blessèrent et le jetèrent dehors.
13 Alors le maître de la vigne se dit : Que ferai-je ? J’enverrai mon fils bien-aimé ; peut-être qu’en le voyant ils auront pour lui du respect.
14 Mais lorsque les vignerons le virent, ils se dirent entre eux : Celui-ci est l’héritier, tuons-le, afin que l’héritage soit à nous.
15 Et l’ayant jeté hors de la vigne, ils le tuèrent. Que leur fera donc le maître de la vigne ?

Jésus est miséricordieux. Il raconte cette parabole aux pharisiens afin qu’ils comprennent leurs erreurs et qu’ils se repentent. Mais, les pharisiens sont trop orgueilleux et sûr d’eux mêmes. Ils ne comprennent pas le plan de Dieu pour l’humanité. Le comportement de ces hommes est le même que celui des frères de Joseph (hormis Benjamin et Ruben qui par la suite sauve la vie de Joseph). Les deux groupes sont similaires, ils représentent une grande partie du peuple d’Israël à 2 époques différentes. Ils veulent préserver leur héritage et faire disparaître, même en désobéissant à Dieu, toute personne entravant leur plan. La désobéissance dans le premier récit est le non-respect des décisions du père,  Jacob (héritier et lieu de paissement) et dans le second cas, l’exécution des prophètes et du Fils de l’Homme porteurs du message divin. Ces deux récits montrent clairement le paradoxe du peuple hébreux pré-messianique: ils attendaient le Messie mais ils étaient incapable de l’accepter. On peut citer la phrase prophétique du grand prêtre pharisien Caïphe : « Vous ne réfléchissez pas qu’il est de votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple, et que toute la nation ne périsse pas. » (Évangile de Saint Jean, chapitre 11, verset 50)

Caïphe parlait de conserver l’héritage terrestre. Il savait que Jésus accomplissait des actions extraordinaires. Il connaissait les écritures. Il ne voulait pas perdre son pouvoir sur le peuple juif. Il voulait conserver son statut en pleine occupation romaine. Si le Christ était reconnu comme le fils de Dieu par tout le peuple juif, le rôle des pharisiens s’écroulerait. Il agit en connaissance de cause et établit un pacte avec l’ennemi, c’est-à-dire Satan. Il agit bien comme les vignerons ou les frères de Joseph.

Il faut aussi relever le caractère messianique de cette déclaration de l’ennemi, car Jésus par le sang verset sur la croix est venu racheter et sauver son peuple. Sans le Christ, sans son enseignement, sans son œuvre, il serait difficile à l’homme en proie au prince démoniaque de ce monde de trouver la seule et unique lumière.

II) Joseph en Égypte

A la suite de l’évangile de Saint Luc cité précédemment le Christ répond à la question du verset 15 : Il viendra et fera périr ces vignerons, et il donnera la vigne à d’autres.  Ce qu’ayant entendu, ils dirent:  « A Dieu ne plaise! »

C’est exactement ce que connu Joseph lors de son exil en Égypte. Ses frères avaient vendu Joseph à une caravane d’ismaélites pour 20 pièces d’argent (L’article reprendra plus tard la façon dont les frères ont comploté pour se débarrasser de Joseph). Les ismaélites ont vendu Joseph à Potiphar, eunuque de pharaon et commandant des gardes. Et voici ce que les écritures nous enseignent au chapitre 39, verset 3-5 :

3 Son maître vit que Yahweh était avec lui et que Yahweh faisait réussir entre ses mains tout ce qu’il faisait.
4 Joseph trouva donc grâce à ses yeux et il fut employé à son service ; son maître l’établit sur sa maison et remit en ses mains tout ce qu’il avait.
5 Dès qu’il l’eut établi sur sa maison et sur tout ce qu’il avait, Yahweh bénit la maison de l’égyptien à cause de Joseph, et la bénédiction de Yahweh fut sur tout ce qu’il avait, soit à la maison, soit aux champs.

Au chapitre 41, les écritures nous apprennent que la famine ravage tous les pays. Seul l’Égypte regorge encore de grain car Joseph, après avoir interprété les songes de pharaon prédisant 7 années d’abondance suivies de 7 années de disette a eu toute autorité pour organiser les réserves. Les pays alentour n’ont d’autres choix que de s’en remettre à l’Égypte pour obtenir le blé nécessaire à la survie. Jacob envoie les 10 frères de Joseph pour obtenir du grain.

Le Christ annonce dans l’Évangile de Saint Luc que Dieu fera périr les vignerons et il donnera la vigne à d’autre. Dans le livre de la Genèse, on se trouve dans la même situation. Les frères ont rejeté Joseph comme les pharisiens ont rejeté le Christ. Ainsi, ils n’ont pas été épargné par la famine. Et parce que Dieu se rappelait de son serviteur Jacob, la bande des 10 frères a été envoyée vers l’Égypte pour chercher du grain. L’Égypte représente dans ce récit « il donnera la vigne à d’autres ».

Dieu bénissait toutes les maisons qui accueillait Joseph. La maison de Potiphar était béni à cause de Joseph (Genèse 39, verset 5). Dieu a ainsi envoyé sa bénédiction à cette période sur tout le pays d’Égypte dès lors que Pharaon, reconnaissant la sagesse de Joseph, le nommait Maître du Palais. Joseph devenait le second homme, après pharaon, du pays d’Égypte.

III) Les songes de Pharaon, A Dieu ne plaise !

Pharaon fit deux songes. Aucun magicien et sage ne purent interpréter les songes. Dans le premier songe, Pharaon vit 7 vaches grâces près du Nil. Puis 7 autres vaches maigres et laides montèrent du Nil, s’approchèrent et dévorent les 7 premières vaches. Pharaon se réveilla et se rendormit. Il vit alors 7 épis montaient sur une même tige, gros et beaux. 7 épis grêles et brulés poussèrent après eux et dévorèrent les premiers.

Ces deux songes inquiétaient le Pharaon. Le grand échanson (Personne chargée de servir à boire a une haute personnalité) confessa avoir connu un hébreux en prison capable de tel exploit (repris dans la suite de l’article).

En effet, Joseph a pu interpréter les songes. Au delà de leurs sens matériels révélés dans le point précédent, il faut aussi comprendre qu’ils proviennent de Dieu. Le premier élément démontrant ce point est donné par Joseph indique que les 2 songes n’en sont qu’un, qu’ils sont un même rêve répété à 2 reprises, et si « le songe de Pharaon s’est renouvelé deux fois, c’est que la chose est bien décidé de Dieu et que Dieu a hâte de l’accomplir » (Genèse 41, verset 32). Cet élément nous renvoie également aux deux premiers songes qu’y ont suscité la haine de ses frères. Les deux songes révèlent la même chose, les frères viendront se prosterner devant Joseph. Par analogie au(x) songe(s) du représentant égyptien, cette décision est voulu par Dieu car renouvelé deux fois.

Notre Seigneur Jésus Christ procède de la même dans le Nouveau Testament à plusieurs reprises comme par exemple lorsqu’il dit à quoi peut-on comparer le Royaume de Dieu (La femme et les 3 mesures de levure puis la graine de moutarde) ou lorsqu’il annonce au Pharisien comment sera l’humanité à la fin des temps.

Les périodes choisies, deux fois 7 ans, sont propres à Dieu. Le chiffre 7 symbolise la perfection et la plénitude. Le Christ reviendra au septième sceau ouvert, à la septième coupe versée et à la septième trompette, Jésus demande aussi à Pierre de pardonner 7 fois 77 pour dire de pardonner indéfiniment, le 7ème jour est le jour de repos et de louange pour Dieu, …

Joseph fait parti du plan de Dieu. Il a été mis à l’épreuve à deux reprises. En effet, Joseph a été abandonné deux fois (par ses Frères et jeté en prison sur décision de son maître Potiphar). Mais, à chaque fois, il a été réhabilité en augmentant la stature jusqu’à devenir le second homme le plus puissant de l’Égypte. Ces deux épisodes possèdent aussi des préfigurations Christiques.

IV) Les épreuves de Joseph

1) Joseph jeté dans la citerne dans le désert

Dans le premier point de l’article, les frères de Joseph complotèrent de le faire mourir et de le jeter dans une citerne. Ruben demanda de ne pas attenter à ses jours et de le jeter vivant (pour venir le sauver et l’envoyer chez son père). Joseph a été jeté dans une citerne vide dépouillé de sa tunique. Les frères s’assirent et mangèrent. Ils aperçurent une caravane d’ismaélites. Juda proposa de sortir leur frère de la citerne et de le vendre pour 20 pièces d’argent aux marchands.

  • Juda Iscariote, faisant parti des 12 apôtres a vendu Notre Seigneur Jésus pour 30 pièces d’argent.
  • Joseph a été vendu par son frère Juda, faisant parti des 12 fils de Jacob pour 20 pièces d’argent.
  • Jésus a été dépouillé de son vêtement avant d’être porté sur la Croix.
  • Joseph a été dépouillé de son habit avant d’être envoyé dans la citerne.
  • Jésus a été déposé au tombeau et il en est ressorti vivant.
  • Joseph a été déposé dans la citerne où il devait périr et demeuré, puis il en est ressorti vivant.
  • Jésus n’avait jamais fait le mal et les pharisiens complotèrent pour le faire mourir.
  • Joseph désirait le bien de sa famille et ses frères complotèrent pour le faire mourir.

2) Joseph jeté en prison en Égypte

Joseph a été acheté par Potiphar. Tout ce que faisait Joseph réussissait car Dieu l’assistait dans tous ce qu’il entreprenait. Il trouva grâce aux yeux de son maître et l’établi sur toute sa maison. La femme de Potiphar désirait coucher avec Joseph et elle agissait avec insistance. Un jour alors qu’ils étaient ensemble, elle le prit par son vêtement et lui ordonna de coucher avec elle. Joseph, par crainte de Dieu, s’enfuit en abandonnant son habit. La femme se mit à crier et à accuser Joseph. Son maître, Potiphar, l’envoya dans les prisons de Pharaon.

Lors du séjour en prison, Joseph a été amené à interpréter les songes du panetier et de l’échanson du Pharaon envoyaient en prison. Voici le récit de Genèse 40, versets 9-19 :
9 Le chef des échansons raconta son songe à Joseph, en disant : « Dans mon songe, voici, il y avait un cep devant moi,
10 et ce cep avait trois branches ; il poussa des bourgeons, la fleur sortit et ses grappes donnèrent des raisins mûrs.
11 La coupe de Pharaon était dans ma main ; je pris des raisins, j’en pressai le jus dans la coupe de Pharaon et je mis la coupe dans la main de Pharaon. »
12 Joseph lui dit : « En voici l’interprétation : les trois branches sont trois jours.
13 Encore trois jours, et Pharaon relèvera ta tête et te rétablira dans ta charge, et tu mettras la coupe de Pharaon dans sa main, selon ton premier office, lorsque tu étais son échanson.
14 Si tu te souviens de moi quand le bonheur te sera rendu, et si tu daignes user de bonté à mon égard, rappelle-moi au souvenir de Pharaon, et fais-moi sortir de cette maison.
15 Car c’est par un rapt que j’ai été enlevé du pays des Hébreux, et ici même je n’ai rien fait pour qu’on m’ait mis dans cette prison. »
16 Le chef des panetiers, voyant que Joseph avait donné une interprétation favorable, lui dit : « Moi aussi, dans mon songe, voici que j’avais sur la tête trois corbeilles de pain blanc.
17 Dans la corbeille de dessus se trouvaient toutes sortes de pâtisseries pour Pharaon, et les oiseaux les mangeaient dans la corbeille qui était sur ma tête. »
18 Joseph répondit : « En voici l’interprétation : les trois corbeilles sont trois jours.
19 Encore trois jours, et Pharaon enlèvera ta tête de dessus toi et te pendra à un bois, et les oiseaux dévoreront ta chair de dessus toi. »

L’échanson a été réhabilité auprès du Pharaon et le panetier a été pendu. L’interprétation donnée par Dieu par l’intermédiaire de Joseph est tout bonnement  extraordinaire. Mais, on peut aussi dégager dans cet épisode des éléments de la crucifixion du Christ.

  • Les fonctions des deux individus, l’un panetier, c’est-à-dire chargé de distribuer le pain et l’autre échanson, chargé de verser le vin dans la coupe du Pharaon ont un rapport avec le sacrifice de Notre Seigneur Jésus Christ. Le corps du Christ est le pain de vie et le sang du Christ est le vin du Royaume Éternel.
  • Notre seigneur est amené au bois de la croix accompagné des deux larrons. L’un des deux sera sauvé et l’autre condamné à la damnation. Joseph est enfermé avec deux  prisonniers, l’un sera sauvé l’autre tué.
  • Joseph demande a celui qui sera sauver (en gras dans le récit précédent) de se rappeler de lui quand il sera dans le palais du Pharaon. Cette demande fait écho à la supplication au Christ du bon larron attendant la mort.
  • Jésus a été déposé au tombeau et ressuscité le 3ème jour correspondant au même délai d’attente de la libération pour l’un et de l’exécution pour l’autre. Les périodes ont été annoncés par avance par le Christ dans le nouveau testament et par Joseph dans le livre de la Genèse.

V) Les retrouvailles de Joseph et de Jacob

Au chapitre 46 de Genèse, on peut lire le récit des retrouvailles :

28 Jacob avait envoyé Juda devant lui vers Joseph pour préparer son arrivée en Gessen. Lorsque Jacob et les siens furent entrés en Gessen,
29 Joseph fit atteler son char et y monta, pour aller en Gessen, à la rencontre d’Israël, son père. Il se montra à lui et, s’étant jeté à son cou, il pleura longtemps sur son cou.
30 Israël dit à Joseph :  » Je puis mourir maintenant, puisque j’ai vu ton visage et que tu vis encore ! « 

Ce récit rappelle la présentation de Jésus Christ au temple (Luc, chapitre 2):

25 Or, il y avait à Jérusalem un homme nommé Siméon ; c’était un homme juste et craignant Dieu, qui attendait la consolation d’Israël, et l’Esprit-Saint était sur lui.
26 L’Esprit-Saint lui avait révélé qu’il ne mourrait point avant d’avoir vu le Christ du Seigneur.
27 Il vint donc dans le temple, poussé par l’Esprit. Et comme les parents apportaient le petit Enfant Jésus, pour observer les coutumes légales à son égard,
28 lui aussi, il le reçut entre ses bras, et bénit Dieu en disant :
29 « Maintenant, ô Maître, vous laissez partir votre serviteur en paix, selon votre parole ;
30 Puisque mes yeux ont vu votre salut,
31 Que vous avez préparé à la face de tous les peuples :
32 Lumière qui doit dissiper les ténèbres des Nations et gloire d’Israël, votre peuple. »

  • Les vies de Jacob et Siméon sont comparables. Siméon était un homme juste et craignant Dieu, qui attendait la consolation d’Israël, et l’Esprit-Saint était sur lui. Ces affirmations sont applicables à Jacob. De plus, Jacob appelé aussi Israël a été consolé de savoir son fils vivant.
  • Chacun a reçu ce don de Dieu lorsqu’il était avancé en âge.
  • Dans les 2 récits, nous avons une référence à l’universalité (douze tribus / salut préparé à la face de tous les peuples).

Conclusion

Les vies de Jacob et de Joseph sont une préparation à la reconnaissance du messie. Que dire du comportement des pharisiens, qui instruits des écritures, n’ont pas su reconnaître en Jésus Christ le caractère messianique annoncé par ces 2 grands personnages. Les éléments donnés ci-dessus découlent  d’une étude succincte des 2 vies, mais bien d’autres éléments auraient pu être dégagés (Je pense par exemple aux retrouvailles de Joseph et de ses 10 frères). Ces éléments étaient connus des hauts dignitaires pharisiens. Il ne peut en être autrement. Ils ont épousé l’attitude bornée des frères aînés de Joseph. Ils ont préféré les réalités d’en bas que celle du royaume de Dieu.

Mais, Joseph a été miséricordieux avec ses frères, il leur a pardonné car il a compris qu’il s’agissait de la volonté de notre Dieu. Tous les événements ont conduit à établir les tribus d’Israël en Egypte. Les deux songes de Joseph s’étaient réalisés, les frères se sont inclinés devant lui et ont changé de comportement.

Jésus a montré sa miséricorde sur la croix :  « Père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Le Christ a aussi indiqué lors de la prière au Gethsémani que sa Passion était la volonté du Père (« Mon Père, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! »). Pour être sauver, il faut alors adopter l’attitude finale des frères de Jacob incarnée par le bon Larron. A tout ceux qui ne croyaient pas au Christ, il faut :

  • Prendre pleinement conscience de ses péchés et les regretter,
  • désirer d’entrer dans le Royaume de Dieu,
  • reconnaître la divinité de Notre Seigneur Jésus Christ.

Jacob ou l’histoire de l’Église de Jésus Christ

Avant la première venue de notre Seigneur Jésus Christ, l’ancien testament était réservé aux juifs. Le recueil des livres saints comportait les préceptes de Dieu, l’histoire du peuple hébreux, des prophéties mais aussi des récits pré-figurants les faits messianiques (premier avènement du Seigneur, actes accomplis par Jésus Christ, crucifixion – psaume 21 par exemple – mais également des événements en lien avec l’Église après l’Ascension du Christ).

Ces livres offraient un moyen évident au peuple juif, peuple élu à cette période pré-messianique de reconnaître le messie. Il devait accomplir sa mission en fêtant l’avènement du Messie Jésus Christ et en apportant ensuite la vérité à toutes les nations. Ils ne l’ont pas fait. A partir de cette décision, le peuple juif a perdu la bénédiction comme l’avait aussi perdu Adam face à la tentation victorieuse du serpent. Les pharisiens sont mêmes appelés les officiers de la synagogue de Satan.

A chaque lecture de l’histoire de Jacob (livre de la Genèse), il me semble lire l’histoire de la création de l’Église. Il m’a semblé intéressant d’étaler et d’essayer de structurer au mieux toutes les idées concernant ce sujet dans un article.

I) Les grands-parents de Jacob

Abram et Saraï ont été béni par Dieu dans leurs vieux jours. Saraï a enfanté Isaac à l’age de 91 ans. Dieu a déclaré qu’il établira une alliance « Perpétuelle » avec Isaac et après lui avec sa descendance (Genèse 18).

Abram est alors devenu Abraham c’est-à-dire le père de toutes les nations et Saraï a été nommée Sara qui désigne la princesse en hébreux. Cette épisode de la vie d’Abraham et de Sara peuvent être mis en parallèle à l’Annonciation mariale.

Le récit de l’Annonciation rapporté par Luc (1, 26-38) comporte des parallèles avec l’histoire d’Abraham.

  • Le seigneur Dieu annonce tout d’abord à Abraham que Saraï va recevoir la bénédiction de Dieu et qu’elle donnera naissance à un fils. L’ange Gabriel procède de la même façon en annonçant après la Salutation qu’ « elle a trouvé grâce auprès de Dieu ». Elle est celle qui est bénie entre toutes les femmes.
  • Puis, Abraham tombe face contre terre et se met à rire car il se demande comment est-ce possible que sa femme avancée en âge, puisse mettre au monde un enfant ? Ce rire n’est pas une moquerie mais plutôt une réaction nerveuse devant un fait qui semble impossible. La Vierge Marie, ne rit pas mais elle fait part aussi d’un étonnement, d’un doute peut-être même car elle ne sait pas comment sans connaître un homme, elle parviendrait à concevoir.
  • Dans le texte de Saint-Luc, nous avons aussi deux passages en lien avec l’histoire d’Abraham, il s’agit de ponts vers l’ancien testament très important :
    1. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. L’ange Gabriel annonce que Jésus Christ aura le trône de David. Cette précision était suffisante pour indiquer qu’il sera le Roi des rois, mais l’ange a cité également la maison de Jacob. Cet ajout crée un lien direct avec Jacob et toute sa famille. Il permet aussi d’insister sur le caractère messianique du Christ (Jacob est devenu Israël signifiant peuple de Dieu – point important dans la suite de l’article).
    2. Et voici qu’Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse… L’ange Gabriel fait état de l’histoire de Zacharie et d’Elizabeth amenant les esprits à se souvenir de la conception de Isaac. 

Enfin, Isaac est une pré-figuration de certains aspects de la divinité de Jésus Christ :

  • Isaac signifie en hébreux « le sourire de Dieu ». Il est l’enfant synonyme de grande joie. Dans le même ordre d’idée, le baptême du Christ aboutit à une théophanie affirmant « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie ». On retrouve aussi le personnage de Jean-Baptiste en lien avec le récit de Zacharie et Elizabeth.
  • Le sacrifice d’Isaac possède des similitudes avec la passion de notre Seigneur Jésus Christ :
    1. Isaac est le fils unique de Sara. Jésus était le fils unique de la Vierge Marie.
    2. Abraham, le père d’Isaac sur ordre de Dieu allait offrir son fils en sacrifice. Dieu a offert son fils en sacrifice pour le salut du monde.
    3. Le Christ et Isaac ont porté tous les 2 le bois avec lequel il allait être mis à mort.
    4. Isaac a demandé « voici le bois, voici le feu, mais où est l’agneau pour l’holocauste ? » Isaac était l’agneau tout comme Jésus Christ, 2000 ans plus tard.
    5. Les deux lieux de supplice (Golgotah et Moriyya) sont aux sommets de deux collines élevées. Ils sont situés à Jérusalem (cf le livre de Salomon).

II) Jacob, Esaü et Ismaël

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il semble utile de rappeler la différence de plus en plus incomprise entre Israël signifiant « peuple de Dieu » et le pays nommé abusivement « Israël ». Israël est le patronyme que Dieu a donné à Jacob. Il a obtenu ce nom après avoir lutté jusqu’à l’aurore avec l’ange du Seigneur. L’ange lui donna le nom « Israël » car Jacob s’était montré fort contre Dieu et contre les hommes et tu l’as emporté (Genèse 32, 29). Qu’il s’agisse de Jacob, Esaü et Ismaël, chacun a donné naissance à un peuple différent jouant dans ces derniers jours un rôle déterminant. Jacob après cette confrontation nocturne est devenu Israël, c’est-à-dire celui qui donnera la descendance du peuple de Dieu.

Jacob signifie en hébreux « celui qui talonne ». Il est venu au monde à la suite de Esaü en lui tenant le talon (Genèse 25, 26). Cette mention est très importante car elle laisse présager qu’il y aura un rebondissement dans cette affaire. Lors d’une course, « talonner » indique que l’adversaire est juste derrière son poursuivant et qu’à tout moment, la course peut basculer. Il en est de même ici. Chaque verset de la bible est important et ce détail ne déroge pas à la règle.

Esaü étant apparu le premier possédait le droit d’aînesse, c’est-à-dire qu’il devenait l’héritier des biens de son père Isaac. Le verset Genèse 27, 4  indique aussi qu’il allait de plus recevoir la bénédiction de Dieu par l’intercession de son père Isaac. Esaü serait devenu le patriarche du peuple de Dieu. Mais, cela ne s’est pas déroulé ainsi. Esaü ressemble au peuple des hébreux qui a nié la divinité de notre Seigneur Jésus Christ. En effet, comme il est indiqué dans l’introduction, le peuple hébreux possédait l’héritage de Dieu et il avait pour mission d’annoncer la bonne nouvelle au monde entier. Or, parce qu’ils n’ont pas voulu reconnaître le messie et parce qu’ils ont préféré s’attacher aux biens matériels du monde, ils ont perdu l’héritage et la bénédiction de Dieu. Dans l’évangile de Saint Jean, chapitre 11, 47-53 :

47 Les Pontifes et les Pharisiens assemblèrent donc le Sanhédrin et dirent :  » Que ferons-nous ? Car cet homme opère beaucoup de miracles.
48 Si nous le laissons faire, tous croiront en lui, et les Romains viendront détruire notre ville et notre nation. « 
49 L’un d’eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit :  » Vous n’y entendez rien ;
50 vous ne réfléchissez pas qu’il est de votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple, et que toute la nation ne périsse pas. « 
51 Il ne dit pas cela de lui-même ; mais étant grand prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation ; —
52 et non seulement pour la nation, mais aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu qui sont dispersés.
53 Depuis ce jour, ils délibérèrent sur les moyens de le faire mourir.

Ce passage de l’Évangile de Saint Jean montre aisément que les pharisiens :

  • sont conscients de la nature surnaturelle de notre Seigneur Jésus Christ,
  • sont extrêmement matérialistes car malgré « les nombreux miracles », ils craignent plus encore la destruction de la ville par les Romains,
  • sont aveuglés et n’ont pas tenu compte ni de leur histoire, ni du martyr de tous les prophètes et ni de leur mission messianique.

Il est bon aussi de reprendre la phrase de l’ordure pharisienne et se rendre compte de son exactitude d’un point de vue catholique:  il est de votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple, et que toute la nation ne périsse pas.

a) Le droit d’aînesse

Esaü a tout d’abord perdu son droit d’aînesse car il l’a vendu à Jacob pour un plat de lentilles. Ce plat était aussi appelé un plat de rouge ou roux car il avait cette couleur. C’est ainsi qu’il est devenu EDOM (signifiant rouge en hébreux). Il a vendu son héritage juste pour de la nourriture terrestre (En opposition avec le miracle de la multiplication des pains effectué par Notre Seigneur) . Esaü a le même esprit que les grands prêtres pharisien. La santé physique du corps a la primauté sur la santé de l’âme. Esaü a vendu sans réfléchir aux conséquences son droit d’ainesse à Jacob.

Le nom EDOM rappelle aussi la naissance de Esaü (signifiant velu ou poilu) sorti du ventre de Rebecca avec une abondance de poils roux. La couleur rouge, attribut de Esaü, est également liée à l’adversaire Satan. La présence de poils dénote en plus un côté bestial.

Esaü était enfin un chasseur et il utilisait un arc. L’arc dans les psaumes est utilisé pour lancer des traits ou des flèches représentant de manière imagée des paroles trompeuses. L’arc est aussi utilisé par le cavalier blanc de l’Apocalypse (cf article les 4 cavaliers).

b) La bénédiction d’Isaac

Isaac était devenu vieux et aveugle. Il avait pris la décision de donner la Bénédiction à Isaac (Genèse 27) après qu’il eut chassé puis préparé un délicieux ragoût. Or, Rebecca ayant surpris la conversation hâta Jacob de revenir avec 2 chevreaux pour qu’elle puisse préparer un plat similaire. Couvert de la peau des bêtes aux poignets et au cou, Jacob se substitua à son frère et reçut la bénédiction du patriarche avant le retour du chasseur. Cette histoire d’usurpation peut victimiser Esaü. Mais il est important de comprendre la volonté de Dieu. Cette histoire révélée au monde entier nous éclaire sur la suite des temps, ce que Dieu attend des hommes, des hommes de bonne volonté. Esaü avait vendu avant cette épisode son droit d’aînesse à Jacob pour un simple plat de lentilles. Il n’était pas concevable que Dieu laisse ce personnage engendrer la suite de son peuple. Rebecca avait compris le plan de Dieu. Elle avait rassurée son fils Jacob en prenant sur elle la malédiction (Genèse 27, 13). L’Étymologie du nom Rebecca (signifiant celle qui est rassasiée) vient d’ailleurs appuyer cette affirmation. Dans les béatitudes, Jésus Christ annonce heureux ceux qui ont faim et soif de la justice car ils seront rassasiés. Rebecca est celle qui a été rassasiée car elle avait faim et soif de justice. Cette faim n’est pas celle de Esaü, comblée par un plat de roux, mais elle était la faim de la justice de Dieu. Ainsi, il était juste que Jacob reçoive la bénédiction. Jacob « talonnait » Esaü et a fini par le dépasser.

c) La lutte avec Dieu

La compréhension de ce récit est compliquée. Je livre ici ce que j’en ai compris et cadrant avec l’étude. Cette lutte montre le caractère de Jacob. Il est le même proclamé dans le « Gloria » non modifié par Vatican II, celui des hommes de « bonne volonté » (Glória in excélsis Deo et in terra pax homínibus bonae voluntátis). Jacob a besoin de la Bénédiction du Très-Haut. Cette lutte est une envie de trouver Dieu. D’être sûr d’être lié à lui, définition même de l’homme religieux. Cette envie ressemble à la femme païenne citée en Mathieu 15, 26 ou aussi à celle du centurion indigne de recevoir Jésus dans sa demeure. Dans les 2 cas, leur Foi est considérée comme grande par Jésus Christ. Ainsi, l’Ange lui annonce « car tu as été fort contre Dieu et contre les hommes et tu l’as emporté« . Il a été fort contre Dieu car il a insisté à la manière de celui qui frappe à la porte la nuit et qui demande du pain (Luc 11, 5-9), Dieu lui a donné ce pain. Il l’avait déjà emporté face aux hommes car il avait reçu l’héritage du peuple hébreux et la bénédiction de son père.  

Cette épisode précède aussi la rencontre avec Esaü. Jacob voulait être convaincu d’être sous la protection de Dieu. Son nom « Israël » a été la plus importante bénédiction et la blessure à la hanche, le stigmate témoignant de cette confrontation.

Il est désormais plus aisé de comprendre que Jacob a donné naissance à une descendance physique mais aussi spirituelle. Jacob n’était pas celui qui était dans un premier temps choisi. Jacob a aussi désiré obtenir la bénédiction non pas des hommes mais de Dieu directement. Jacob a montré un courage extraordinaire pour devenir « Israël ». Il représente le peuple qui cherche Dieu, détaché des choses matérielles. L’état d’esprit de Jacob fait résonance aux paroles du Christ dans Jean 8 citant Abraham, son grand-père :

39 Ils lui répondirent :  » Notre père, c’est Abraham.  » Jésus leur dit :  » Si vous étiez enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham.
40 Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu : ce n’est point ce qu’a fait Abraham.
44 Le père dont vous êtes issus, c’est le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été homicide dès le commencement, et n’est point demeuré dans la vérité, parce qu’il n’y a point de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur, et le père du mensonge.

Jacob devenu Israël est désormais le peuple Catholique, l’Église du Christ. Elle a reconnu le véritable messie et a porté l’Évangile dans le monde entier. Tout comme Jacob, ce peuple n’était pas celui qui était choisi à l’origine. Les hébreux conduit par les grands sacrificateurs ont perdu à la manière d’Esaü le titre de « peuple de Dieu ».

On peut aussi rapprocher les attitudes  de Jacob et du roi des francs, Clovis. Clovis a sollicité l’aide du vrai Dieu de Clotilde (« Gloire » et « Combat ») lors de la bataille mal-engagée de Tolbiac. Victorieux, il se convertit un an plus tard et la France devint jusqu’à la mort de Louis XVI la fille aînée de l’Église du Christ.

d) Quid de Ismaël

Dans Genèse 28, il est indiqué que Esaü a pris pour épouse Mahalat, fille d’Ismaël. Esaü avait plusieurs autres épouses avant ce dernier mariage. Ismaël est considéré comme étant l’ancêtre du prophète du Mohamed, prophète de l’Islam. Selon des auteurs catholiques sérieux comme Hanna Zakarias (De moïse à Mohammed), il serait envisageable que la création de cette religion soit l’œuvre des juifs de l’ère post-Christique dans le but de détruire la montée inouïe de la religion Chrétienne. Cette union entre Esaü et Mahalat pourrait aller dans le sens de ces révélations.

On peut aussi citer François-René de Chateaubriand : « Si vous chassez le Christianisme vous aurez l’Islam ».

L’Islam et le judaïsme s’entendent sur l’essentiel :

  • ils considèrent un dieu unique et non trinitaire,
  • ils ne reconnaissent pas la divinité de Jésus Christ.

Ainsi, la synagogue de Satan considérant Jésus hors la loi peut s’appuyer sur les musulmans (qui peuvent être malgré tout de bonne volonté sans comprendre la supercherie) pour évincer l’Église du Christ soit en entrant en guerre soit en convertissant un peuple éloigné de son histoire.